Emmanuel Macron, l’âge adulte de l’Europe

« Une politique étrangère se juge sur la durée », nous déclarait récemment un haut responsable militaire russe. Dubitatif quant à la main tendue à la Russie par Emmanuel Macron, il entendait ainsi nous rappeler que la route vers le rétablissement de relations apaisées entre Paris et Moscou était encore longue.

Publication mise en avant

Publié le
Catégorisé comme Opinions Étiqueté

Postface au 70e anniversaire de l’OTAN

Pour Sergueï Karaganov, président honoraire du Conseil de politique extérieure et de défense, influent think-tank russe de relations internationales, il est temps que l’OTAN trouve une raison d’exister autre que la menace, selon lui fabriquée, que ferait peser la Russie sur la sécurité du continent européen.

Publication mise en avant

Publié le
Catégorisé comme Opinions Étiqueté

Sommet de l’OTAN : La sécurité, une marchandise américaine

Le sommet de l’OTAN qui s’est tenu à Bruxelles peut tout à fait être qualifié d’historique. Mais pas du point de vue des décisions qui y ont été prises. Depuis la création de l’OTAN, jamais les tensions entre le dirigeant des États-Unis et les États membres n’ont été aussi fortes.

Sanctions : Moscou coupe les ailes de l’OTAN

Trois grands thèmes étaient au programme de la première réunion du Conseil OTAN-Russie, qui s’est tenue le 31 mai : situation dans l’Est de l’Ukraine, activité militaire en Europe et grandes manœuvres de l’OTAN prévues à l’automne.

Les nouvelles frontières d’un équilibre global

Organisation impeccable, affluence et accessibilité des acteurs, rapprochements envisagés ou consolidés dans un concentré de dynamisme technologique, industriel et commercial… Le SPIEF 2018 aura semblé aux habitués de l’événement conforme au « Business as usual ».

Publié le
Catégorisé comme Opinions Étiqueté

Qu’attend Moscou du déploiement de l’OTAN à ses frontières ?

« Les États-membres de l’OTAN vivent dans l’illusion selon laquelle tous leurs problèmes sont réglés par le simple fait d’appartenir à l’Alliance, et qu’ils n’ont plus rien d’autre à craindre. Mais c’est une position absolument irresponsable ! »

Publié le
Catégorisé comme Politique Étiqueté

Le commandement de l’OTAN a annoncé le 12 mars l’envoi de deux avions-radars Awacs à la frontière de l’Ukraine et de la Pologne.

Des avions-radars Awacs de l'OTAN surveillent l'Ukraine. Crédits: Wikimedia commons
Crédits: Wikimedia commons

Les avions survoleront la frontière de l’Ukraine avec la Pologne et la Roumanie, membres de l’Alliance nord-atlantique, sans pénétrer dans l’espace aérien de l’Ukraine, afin de « surveiller la crise politique » dans le pays.

Les capacités techniques de ces avions leur permettent de suivre la situation aérienne sur un territoire de plus de 300 000 kilomètres carrés.

Le 9 mars, les États-Unis avaient déjà annoncé l’envoi de 12 avions de chasse F-16 vers la Pologne pour en surveiller la frontière orientale. Selon le projet de l’OTAN, la Roumanie et la Pologne accueilleront bientôt d’autres forces aériennes de l’Alliance.

Le 11 mars, des exercices militaires impliquant les flottes des États-Unis, de la Roumanie et de la Bulgarie ont débuté dans la mer Noire, à proximité des eaux territoriales ukrainiennes. Ces entraînements, décidés en 2013, n’auraient « pas de lien avec la crise en Ukraine » selon le service de presse du ministère de la Défense de Bulgarie.

Rappelons que le 26 février la Russie avait commencé des exercices militaires non-planifiés à la frontière ukrainienne, justifiés par le besoin de vérifier l’aptitude professionnelle des soldats, « sans lien avec la crise ukrainienne ».

La réaction de la Russie face au nouveau pouvoir ukrainien qu’elle considère illégitime et ses activités militaires en Crimée avaient amorcé le début d’un désaccord avec les forces de l’OTAN, fin février.