Le 15 juin, le sergent Andreï Timochenkov a trouvé la mort en Syrie en neutralisant l’attaque terroriste d’un kamikaze dans la province de Homs, a annoncé le ministère de la défense russe.

Le ministre de la défense russe Sergueï Choïgou. Crédits : ministère de la défense
Le ministre de la défense russe Sergueï Choïgou. Crédits : ministère de la défense

« Le 15 juin 2016, au cours d’une mission d’escorte d’un convoi humanitaire du Centre russe pour la réconciliation des parties belligérantes du conflit syrien, le soldat Andreï Timochenkov a empêché une voiture chargée d’explosifs d’atteindre le lieu de livraison de l’aide humanitaire. Cette aide était destinée à la population civile », a déclaré le service de presse du ministère de la défense, le 19 juin.

Selon le ministère, le soldat russe a ouvert le feu en direction du véhicule, conduit par un terroriste kamikaze, pour l’empêcher d’approcher. Une détonation a alors retenti : le terroriste avait déclenché la charge explosive. La déflagration a grièvement blessé le soldat, qui a été transporté à l’hôpital de la base aérienne russe de Hmeimim.

« Pendant vingt-quatre heures, les médecins militaires de la base ont tout fait pour sauver le blessé, mais Alexeï Timochenkov a succombé à ses blessures le 16 juin », a déclaré l’attaché de presse du ministère.

Quatre autres militaires russes ont également été blessés dans cet attentat. Deux d’entre eux doivent être transportés à l’hôpital militaire Bourdenko (GVKG) de Moscou, lundi 20 juin.

Le sergent Andreï Timochenkov était un militaire de carrière, un fantassin de marine originaire de la région de Kaliningrad. Il était marié et père d’une petite fille. Un représentant du ministère de la défense russe a déclaré qu’Andreï Timochenkov serait décoré à titre posthume.

Il s’agit du onzième soldat russe officiellement tombé en Syrie depuis le début de la campagne, le 30 septembre 2015. Un mois après le début des opérations, on apprenait le suicide, lors de ses heures de repos, du soldat sous contrat Vadim Kostenko, 19 ans. Le 24 novembre, l’armée faisait part de la mort du pilote Oleg Pechkov, après que son bombardier Su24 a été abattu par un avion turc, et de celle du fantassin de marine Alexander Pozynitch, lors de l’opération de sauvetage de ce même bombardier. En février, l’armée russe a perdu en Syrie le conseiller militaire Ivan Tcheremissine. Un peu plus tard, les autorités confirmaient la mort, remontant à novembre, du capitaine des forces spéciales Fedor Jouravlev dans un tir de roquette. Le 24 mars, le représentant de la base aérienne de Hmeimim a annoncé le décès de l’officier des forces spéciales Alexandre Prokhorenko, qui, encerclé par des combattants djihadistes, avait dirigé les tirs de son commandement sur sa propre position. Le 13 avril, deux autres soldats russes, Andreï Okladnikov et Viktor Pankov, sont morts dans le crash d’un hélicoptère de combat Mi-28N près de Homs. Le 11 mai, le militaire Anton Eryguine est mort suite à des tirs de combattants alors qu’il escortait un convoi du Centre russe pour la réconciliation des parties belligérantes du conflit syrien. Le 7 juin, le soldat Mikhaïl Chirokopoyas est décédé à Moscou, où il avait été transféré après une attaque contre son convoi près d’Alep.

Un militaire russe a été tué lors d’une mission dans la province de Homs, a annoncé à la presse le représentant des forces armées de la Fédération pour la base aérienne de Hmeimim, en Syrie, le 11 mai.

Funérailles militaires. Crédits : ministère de la défense russe.
Funérailles militaires. Crédits : ministère de la défense russe

« Le soldat Anton Eryguine a été grièvement blessé par des tirs de combattants alors qu’il escortait un convoi du Centre russe pour la réconciliation des parties belligérantes du conflit syrien. Il est mort à l’hôpital », a indiqué le représentant, sans préciser le camp d’appartenance de ces « combattants ».

Originaire de Voronej, Anton Eryguine était sergent dans les transmissions. Selon l’agence de presse RIA Voronej, qui cite la tante du défunt, Anton Eryguine aurait été tué par un tir de sniper à la tête alors qu’il installait un câble dans la ville de Palmyre. Le militaire aurait quitté la Russie le 3 avril, avec d’autres soldats, pour une mission de trois mois en Syrie. L’agence affirme également qu’Eryguine serait mort le 7 mai, précisant que son corps a été rapatrié quatre jours plus tard à Voronej. Ses funérailles se tiennent le jeudi 12 mai.

Anton Eryguine, 31 ans, était marié, sans enfant.

Anton Eryguine, 31 ans
Anton Eryguine, 31 ans

Le représentant de la base de Hmeimim a précisé qu’une demande de décoration étatique à titre posthume avait déjà été déposée pour le soldat mort.

Il s’agit du neuvième soldat russe officiellement tombé en Syrie depuis le début de la campagne, le 30 septembre 2015. Un mois après le début des opérations, on apprenait le suicide, lors de ses heures de repos, du soldat sous contrat Vadim Kostenko, 19 ans. Le 24 novembre, l’armée faisait part de la mort du pilote Oleg Pechkov, après que son bombardier Su24 a été abattu par un avion turc, et de celle du fantassin de marine Alexander Pozynitch, lors de l’opération de sauvetage de ce même bombardier. En février, l’armée russe a perdu en Syrie le conseiller militaire Ivan Tcheremissine. Un peu plus tard, les autorités confirmaient la mort, remontant à novembre, du capitaine des forces spéciales Fedor Jouravlev dans un tir de roquette. Le 24 mars, le représentant de la base aérienne de Hmeimim a annoncé le décès de l’officier des forces spéciales Alexandre Prokhorenko, qui, encerclé par des combattants djihadistes, avait dirigé les tirs de son commandement sur sa propre position. Le 13 avril, enfin, deux autres soldats russes, Andreï Okladnikov et Viktor Pankov, sont morts dans le crash d’un hélicoptère de combat Mi-28N près de Homs.