L’art du déboulonnage

Le déboulonnage est à la pointe de la mode occidentale : à bas les Colbert, les De Gaulle, les Confédérés ! À bas, en Europe de l’Est, les monuments en hommage aux soldats soviétiques de la Seconde Guerre mondiale ! De ce point de vue, bizarrement, c’est le calme plat en Russie. Le pays a pourtant une riche expérience en matière de boulonnage/déboulonnage.

Lune russe au Spitzberg

Il y a cent ans, le 9 février 1920, était signé le traité international de Svalbard, octroyant le Spitzberg et son archipel au royaume de Norvège. Les Russes, encore aux prises avec leur révolution, se sentent alors dépossédés de l’un de ces grands espaces de glace qui, depuis toujours, peuplent leur imaginaire et leur littérature.

Précis de toska à l’usage du déconfiné

Déprime, blues, « coup de mou », dépression – les psys sont au taquet en ces temps de confinement/déconfinement. Il apparaît, en effet, que les humains ont quelque peine à supporter les angoisses liées à l’enfermement, au danger d’être contaminé, au risque de chômage, à la crise économique massive qui s’annonce, pour ne citer que quelques causes.

Balance ton Russe

La presse russe abonde en faits divers rapportant les accusations dont sont l’objet des personnes atteintes du coronavirus ou soupçonnées de l’être. Ces accusations-dénonciations, lancées depuis le palier des immeubles – ça commence par les voisins – ou sur les réseaux sociaux, dégénèrent rapidement en véritables traques.

Un cercueil si confortable

Quinze mille par-ci, treize mille par-là, deux cents (seulement ?) ailleurs… En ces temps de pandémie, les chiffres pleuvent. Et cinq cents de plus, ces dernières vingt-quatre heures ! Les morts, que l’on voit d’autant moins, aujourd’hui, qu’il n’y a quasiment plus de funérailles, restent des abstractions, sauf pour les personnels hospitaliers.

Mystiques russes : Chamans, starets et autres fols-en-Christ

Le chaman marche. Il a nom Alexandre Gabychev. Il parcourt une vingtaine de kilomètres par jour, rassemblant peu à peu apôtres et disciples. Le chaman marche. Parti de Iakoutsk il y a un peu plus de six mois, il se donne deux ans pour atteindre la capitale et renverser Vladimir Poutine, qu’il tient pour une «force du mal».

Viatcheslav Pietsoukh, l’ironie douce

La récente disparition de Viatcheslav Pietsoukh, à l’âge de soixante-douze ans, n’a pas fait la Une de la presse française. L’écrivain avait pourtant connu sa ‒ toute ‒ petite heure de gloire en France au début des années 1990, avec la publication, aux éditions Actes Sud, d’un recueil de nouvelles, Chronique privée (1991), et d’un roman, La nouvelle philosophie moscovite (1993).

À quel Staline se vouer?

Dieu sait pourquoi (mais Dieu n’a sans doute rien à y voir), il semble que, depuis quelque temps, le nom de Staline revienne de plus en plus souvent, à l’écrit comme à l’oral, en Russie.

Au pays de l’illusion

Ne croyez rien de ce que vous montre la perspective Nevski, écrivait Nikolaï Gogol, elle ment tout le temps ! La perspective Nevski étant le cœur même de Saint-Pétersbourg, il n’était pas difficile d’en déduire que la capitale impériale mentait, elle aussi, en permanence, qu’elle n’était qu’une illusion susceptible de disparaître à tout instant, comme par enchantement.