Les 10 records non-sportifs de Sotchi

Le magazine Ogoniok présente un classement des succès atteints par les organisateurs des Jeux de Sotchi dès avant le début des compétitions.

Coût

Le volume des investissements dans le cadre des préparatifs des Jeux est estimé par le ministère russe des finances à 1,5 trillions de roubles (47 milliards de dollars). Sur cette somme, 214 milliards de roubles (6,7 milliards de dollars) sont allés à la construction de sites sportifs, le reste a été investi dans de l’infrastructure – 360 km de voies automobiles et 200 km de voies ferrées, 54 ponts, 22 tunnels, 174 km de conduites de gaz, 555 km de lignes électriques et d’autres. Pour comparaison, la construction des sites sportifs de Vancouver (en 2010) avait coûté 6 milliards ; ceux de Turin (2006), 3,6 milliards ; et ceux de Salt Lake city (2002), 2 milliards de dollars.

Quantité de récompenses et de prétendants

À Sotchi, les athlètes se disputeront une quantité de récompenses record. La société Adamas a sorti 1300 exemplaires de médailles en tout, fabriquées à partir de 3 kg d’or 999 millièmes, 2 tonnes d’argent 960 millièmes et 700 kg de bronze. Cet élargissement du programme des médailles s’explique par le nombre de disciplines présentes à Sotchi,

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Traduit par Julia Breen

Dernières nouvelles de la Russie

Les Russes en mal de solidarité

« Les Russes ont la nostalgie du « nous », dont témoignent leurs accès chroniques de néo-stalinisme. Dans leur esprit, l’URSS apparaît aujourd’hui comme un pays des merveilles, où ils étaient tous frères et vivaient de victoires communes. » L’écrivain Andreï Desnitski revient sur trente ans d’aspirations des Russes.

 

25 juin 2019

Vente d’armes :
la Russie se place sur le marché de l’occasion

En mai dernier, un décret gouvernemental a simplifié la procédure de revente d’armes russes à des pays tiers. Une mesure prise afin de contourner les sanctions américaines.

 

4 juin 2019

Prenez soin des hooligans !

Depuis près de vingt ans, à Saint-Pétersbourg, le cirque Upsala tire de la rue des adolescents à problèmes pour leur faire jouer des spectacles présentés en Russie et en Europe. La vocation du projet, affirment ses concepteurs, est artistique avant d’être sociale, même si le travail réalisé dans ce domaine est colossal.

 

31 mai 2019