Le Courrier de Russie

« Y a-t-il une vie après la Coupe du monde ? »

La Coupe du monde 2018 en Russie s’est achevée dimanche soir. Au-delà de son incontestable réussite organisationnelle et des effets positifs de la compétition sur l’image du pays à l’étranger, quels seront ses effets sur la société russe ? L’afflux de visiteurs étrangers poussera-t-il le pays vers davantage d’ouverture, comme l’avaient fait les Jeux olympiques de 1980 ? Éléments de réponse avec Alexandre Boubnov, professeur de science politique à l’Université d’État de Moscou.

LCDR : Cette Coupe du monde est-elle une victoire pour le gouvernement russe ?

Alexandre Boubnov : La réussite de la Coupe du monde va naturellement renforcer le pouvoir russe. C’est un triple succès. Elle a d’abord démontré que, contrairement à ce qu’affirmaient certains médias, la Russie n’est pas complètement isolée sur le plan international. Il n’y a eu ni boycott ni perturbation de la compétition. Pour le public russe, c’est une démonstration de l’efficacité du gouvernement et de ses compétences diplomatiques et organisationnelles.

Un autre résultat important de la compétition est l’absence de débordements, de batailles rangées entre supporters, d’agressivité et de violence envers les visiteurs de la Coupe du monde. Prenez la rumeur annonçant sur les réseaux sociaux que des supporters russes avaient célébré leur victoire en brûlant vive une jeune fille. […]