« Y a-t-il une vie après la Coupe du monde ? »

La Coupe du monde 2018 en Russie s’est achevée dimanche soir. Au-delà de son incontestable réussite organisationnelle et des effets positifs de la compétition sur l’image du pays à l’étranger, quels seront ses effets sur la société russe ? L’afflux de visiteurs étrangers poussera-t-il le pays vers davantage d’ouverture, comme l’avaient fait les Jeux olympiques de 1980 ? Éléments de réponse avec Alexandre Boubnov, professeur de science politique à l’Université d’État de Moscou.LCDR : Cette Coupe du monde est-elle une victoire pour le gouvernement russe ?Alexandre Boubnov : La réussite de la Coupe du monde va naturellement renforcer le pouvoir russe. C’est un triple succès. Elle a d’abord démontré que, contrairement à ce qu’affirmaient certains médias, la Russie n’est pas complètement isolée sur le plan international. Il n’y a eu ni boycott ni perturbation de la compétition. Pour le public russe, c’est une démonstration de l’efficacité du gouvernement et de ses compétences diplomatiques et organisationnelles.Un autre résultat important de la compétition est l’absence de débordements, de batailles rangées entre supporters, d’agressivité et de violence envers les visiteurs de la Coupe du monde. Prenez la rumeur annonçant sur les réseaux sociaux que des supporters russes avaient célébré leur victoire en brûlant vive une jeune fille.

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Propos recueillis par Léo Vidal-Giraud

Dernières nouvelles de la Russie

Le cinéma fait sa politique

La polémique entourant le film Prazdnik (« la Fête »), interdit en raison d’un traitement trop léger de la Seconde Guerre mondiale et sorti sur internet au début de l’année, témoigne de l'emprise exercée par les autorités russes sur le monde de l’art, selon le réalisateur Alexeï Krassovski.

 

20 février 2019

La culture bouriate en quête d’un avenir

Les Bouriates – l’une des trois grandes ethnies mongoles – sont intégrés à la Russie depuis le XVIe siècle. Mise en péril par des décennies de persécutions et de politique assimilatoire, mal protégée par la législation russe, leur culture est aujourd’hui en danger. Quelques personnes, comme Solbon Sanjiev, chef du Corps des volontaires du Baïkal, une association de pompiers volontaires luttant contre les incendies de forêt, tentent d'enrayer son déclin.

 

10 janvier 2019

Paul Whelan, pion ou espion ?

L’arrestation, survenue le 28 décembre dernier à Moscou, de Paul Whelan, citoyen américain accusé d’espionnage par les autorités russes, vient clôturer une année 2018 riche en affaires semblables entre la Russie et les pays occidentaux.

 

8 janvier 2019