La légende du « match de la mort »

Vie et mort d’une légende tenace du football soviétique : le match héroïque du Dynamo Kiev contre l’occupant allemand.

Nous sommes le 9 août 1942. Dans Kiev occupée par les nazis, d’anciens joueurs du Dynamo Kiev affrontent l’équipe de la Luftwaffe, l’armée de l’air allemande, fierté du IIIe Reich. Il s‘agit, pour les occupants, de démontrer aux yeux du public la supériorité de la race aryenne sur les « sous-hommes » slaves. L’enjeu est énorme. En coulisses, les Russes ont été prévenus : s’ils gagnent, ils seront fusillés. C’est alors que se produit l’impensable : malgré la faim, la peur, la brutalité de l’adversaire, malgré la partialité de l’arbitre allemand, le FC Start se transcende et l’emporte par cinq buts à trois devant un public en délire. Immédiatement après le match, ses joueurs sont poussés hors de terrain à coups de crosse et abattus.

L’histoire est connue dans tous les pays de l’ex-URSS. Dès 1943, la presse soviétique s’en fait l’écho. Un film russe, Troisième mi-temps, en a été tiré en 1962. Aujourd’hui encore, une statue commémore, près du stade du Dynamo Kiev, le sacrifice de ces joueurs. C’est le mythe fondateur du club. Il n’y a qu’un problème : l’histoire est entièrement fausse.

Le « match de la mort » a pourtant bel et bien eu lieu, opposant le FC Start au « Flakelf ». Le premier était un club formé par d’anciens joueurs du Dynamo après la prise de Kiev par les Allemands ; […]

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Léo Vidal-Giraud