Le train des supporters. Crédits : Twitter

De Kazan à Moscou, à bord du train de supporters

Attablé au wagon-restaurant, en train de faire connaissance avec d’autres voyageurs, allongé sur une couchette en train de rêvasser ou bien à contempler des paysages de forêt et à découvrir la Russie profonde, tel est le quotidien pour un supporter qui a décidé de voyager entre les villes organisatrices de la Coupe du monde à bord des trains gratuits mis en place pour la compétition. Le Courrier de Russie a fait le trajet entre Kazan et Moscou, au lendemain du match de huitième de finale remporté samedi dernier par l’Équipe de France face à l’Argentine (4-3).

La chaleur est étouffante : le thermomètre indique 28°C. Ici, on entend parler espagnol avec un fort accent sud-américain, là, on croise des Russes se prenant en photo avec un drapeau français. Bienvenue à bord du train n°276, l’un des 734 mis – gratuitement – par les autorités russes à la disposition des centaines de milliers de supporters venus assister à la Coupe du monde. Nous avons quitté Kazan à 4h30 du matin, quelques heures après la victoire de l’Équipe de France face à l’Argentine (4-3), le train est rempli majoritairement d’Argentins. […]

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Reportage de Robin BJALON

Dernières nouvelles de la Russie

Mondial 2018

Coupe du monde : Les villes organisatrices ont déjà le blues

Avec une soixantaine de matchs, les onze villes organisatrices ont été fortement mises à contribution pendant la Coupe du monde. Les demi-finales et les finales ont lieu à Moscou et à Saint-Pétersbourg, les deux plus grandes villes du pays. Pour les autres, la compétition est terminée. L’heure est aux souvenirs et le blues guette déjà les habitants. Des photos et des vidéos enregistrées dans les smartphones, des chants qui résonnent encore dans les têtes, les habitants russes des villes-hôtes de la Coupe du monde gardent de nombreux souvenirs du passage des milliers de supporters étrangers venus en Russie soutenir leurs équipes préférées. Un mois de compétition pour des moments de communion inoubliables, d’ordinaire si rares en Russie. Au total, une cinquantaine de matchs a eu lieu à Saransk, Kazan, Nijni-Novgorod, Kaliningrad, Sotchi, Samara, Rostov-sur-le-Don, Iekaterinbourg, Volgograd. Les dernières rencontres du Mondial se tiennent, cette semaine, au stade Loujniki, […] Partager :Cliquez pour envoyer par e-mail à un ami(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Facebook(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Twitter(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur LinkedIn(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Google+(ouvre dans une nouvelle fenêtre)

Crédits Image : Tom Grimbert13 juillet 2018
Mondial 2018

À chacun son moyen de transport – Épisode 8 : des Mexicains en minibus, de l’Atlantique à l’Oural

La Coupe du monde de football apporte toujours son lot d’histoires ubuesques et drôles. Parmi elles, les supporters venus cette année en Russie par des moyens de transport cocasses. Le Courrier de Russie vous a préparé une petite compilation. Huitième épisode : des Mexicains en minibus, de l’Atlantique à l’Oural. Les sombreros et les maillots mexicains sont de sortie, une bouteille de tequila passe de main en main : nous ne sommes pas à Mexico, […] Partager :Cliquez pour envoyer par e-mail à un ami(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Facebook(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Twitter(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur LinkedIn(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Google+(ouvre dans une nouvelle fenêtre)

12 juillet 2018
Mondial 2018

Équipe nationale russe : des succès en trompe-l’œil

À la surprise générale, la Sbornaïa, l’équipe nationale russe, fait des miracles depuis le début de la Coupe du monde. Victorieuse de l’Espagne au terme d’une incroyable séance de tirs au but, la Russie affrontera la Croatie, samedi soir, à Sotchi, pour une place en demi-finale. Pourtant, depuis l’effondrement de l’URSS, elle avait habitué ses supporters à des résultats médiocres. La faute en revenait notamment à un championnat national trop faible, peu tourné vers l’étranger. Les scènes ont fait le tour des réseaux sociaux après la qualification de l’équipe nationale russe aux dépens de l’Espagne, dimanche dernier, à Moscou : un ours dansant sur un 4×4 dans le centre de la capitale, des supporters chantant à tue-tête l’hymne national, et surtout, des visages heureux, des sourires, des cris de joie. La Russie chante les louanges de ses joueurs et de son sélectionneur, Stanislav Tchertchessov. L’homme à la moustache, critiqué avant le début de la Coupe du monde pour son « amateurisme » et le « manque d’allant de son équipe », est aujourd’hui élevé au rang de héros national, au même titre qu’Igor Akinfeïev, le gardien, qui a joué un rôle décisif lors de la séance de tirs au but contre la sélection espagnole. […] Partager :Cliquez pour envoyer par e-mail à un ami(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Facebook(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Twitter(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur LinkedIn(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Google+(ouvre dans une nouvelle fenêtre)

6 juillet 2018