Formule à Sotchi. RIA Novosti

Les sept tentatives d’organiser une course de Formule 1 en Russie

C’est ce dimanche 12 octobre qu’aura lieu la première édition du Grand Prix de Russie de Formule 1. La course se tiendra sur l’Autodrome de Sotchi, spécialement construit pour l’occasion. Sports.ru se souvient des sept tentatives échouées d’accueillir le Grand prix en Russie.
  • Années 1960, Touchino

Le premier projet sérieux d’organisation d’une course de Formule 1 date de l’URSS des années 60. La conception du circuit automobile avait été confiée à la chaire d’ingénierie de l’Institut technique de construction des routes de Moscou, une délégation de la Fédération du sport automobile d’URSS s’était rendue sur l’étape de Silverstone, et on était prêt à construire la piste n’importe où : sur la chaussée de Minsk ou les carrières de Lioubertsy. Finalement, le choix s’est fixé sur le territoire de la rivière Skhodnya, à Touchino.Cause de l'échecLe projet s’est avéré trop grandiose : hôtel de 5000 places, tribunes pour 150 000 visiteurs. Le coût total, en valeur de l’’époque, atteignait 40 millions de roubles, et on a finalement décidé de renoncer à la construction.
  • Années 1980, Monts-aux-Moineaux

On n’est revenu à l’idée de la tenue d’un Grand Prix à Moscou que quinze ans plus tard. Bernie Ecclestone, qui était déjà alors une figure clé de la Formule 1 et le propriétaire, en pratique, de tous les droits commerciaux, ne cachait pas son intérêt pour l’organisation d’une telle étape.« Les Jeux olympiques se tiennent dans un pays une fois tous les 50 ans au mieux, alors qu’une course de Formule 1, on peut l’organiser chaque année », proclamait Bernie à l’époque.En juin 1982, il a écrit une lettre au secrétaire général du Bureau central du PCUS Leonid Brejnev, et reçu son accord. Brejnev, qui passait pour un grand amateur de sport automobile, était certainement plus intéressé que quiconque en URSS à la conduite du Grand Prix. Mais c’est à Ecclestone que cela tenait le plus à cœur : il voulait, envers et contre tout, organiser une course de l’autre côté du « rideau de fer ». Au nom du Grand Prix, l’Anglais était même prêt à s’acquitter de toutes les dépenses.Finalement, un accord préalable a été obtenu – la course devait se dérouler en août 1983 sur le Mont-aux-Moineaux, et avait même été inscrite au calendrier du championnat du monde.Cause de l’échecTout a échoué à cause du manque d’intérêt du gouvernement de l’URSS après la mort de Brejnev, et celle également du vice-président de la Fédération internationale de sport automobile, Afanassiev (qui était une des figures-clés de la préparation du Grand Prix).

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Julia Breen

Dernières nouvelles de la Russie

« Le Français » : la Russie face à son passé soviétique

À l’occasion de la sortie de son film Le Français, qui raconte le quotidien d’un étudiant français côtoyant la jeunesse soviétique dans le Moscou de la fin des années 1950, le réalisateur Andreï Smirnov (L’Automne, La Gare de Biélorussie) s’est confié au journal d’opposition Novaïa gazeta. Extraits.

 

22 novembre 2019

Sergueï Lavrov : « L’Union européenne n’est pas un partenaire fiable »

Rencontre Macron-Poutine d’août, échange de prisonniers entre Moscou et Kiev, négociations sur le Donbass : le ministre des Affaires étrangères revient, dans un entretien accordé à Kommersant, sur les grands dossiers internationaux de ces dernières semaines.

 

16 octobre 2019

Igor Kolomoïski : « La guerre dans le Donbass sert les intérêts de Washington »

Le milliardaire Igor Kolomoïski, revenu en Ukraine fin mai après deux ans d'exil, est souvent qualifié de « parrain » du nouveau pouvoir à Kiev. Dans un entretien accordé à l'hebdomadaire ukrainien Novoïe Vremia, il s'est longuement exprimé sur la situation économique du pays et sur le conflit dans le Donbass.

 

19 juillet 2019