S'abonner, c'est soutenir une rédaction indépendante basée à MoscouDécouvrir nos offres

Sergueï Lapenkov : « Nous avons inscrit dans l’histoire les noms de ceux dont on ne parlera pas dans les livres »

Sergueï Lapenkov : « Nous avons inscrit dans l’histoire les noms de ceux dont on ne parlera pas dans les livres »

Le fondateur du mouvement « Régiment immortel », le journaliste de Tomsk Sergueï Lapenkov, revient pour le quotidien Komsomolskaïa Pravda sur la genèse de son idée.Komsomolskaïa Pravda : D’où vous est venue cette idée de réunir les générations ?Sergueï Lapenkov : Quand j’étais enfant, le jour de la Victoire était une fête bien plus concrète et plus « intime » qu’aujourd’hui. Il y avait beaucoup de vétérans encore en vie, c’étaient des hommes qui dégageaient de la force, ils venaient dans les écoles, le 9 mai, pour nous parler et nous raconter leur expérience. Ils allaient aussi aux monuments des flammes éternelles et ils y apportaient des photos de leurs camarades de front, de ceux qui n’étaient plus là. Après les cérémonies officielles, ces hommes se réunissaient par petits groupes, ils commémoraient les morts, buvaient à leur santé, en parlaient. Ça fait partie des souvenirs forts de mon enfance. Dans ma famille, chaque 9 mai, depuis toujours, nous sortons aussi la photo de mon grand-père, Ivan Lapenkov. Il avait perdu une jambe à la guerre, mais il marchait avec des béquilles et avait réappris à danser !

Il vous reste 75% de l'article à consulter...

Créez votre compte et accédez gratuitement à 3 articles par mois

Je crée mon compte

Déjà abonné ? Se connecter

Rusina Shikhatova

Le retour du grand roman russe

En 2015, le premier roman de Gouzel Iakhina, Zouleikha ouvre les yeux, s'imposait dans la littérature russe. Ce récit de la dékoulakisation est aujourd’hui traduit en 16 langues. Le Courrier de Russie a rencontré sa traductrice française, Maud Mabillard.

 

16 février 2018