S'abonner, c'est rejoindre une communauté d'experts et de passionnésDécouvrir nos offres

Alex Yocu : « Je n’ai même pas fini de lire le mode d’emploi de mon appareil photo »

Alex Yocu : « Je n’ai même pas fini de lire le mode d’emploi de mon appareil photo »

L’exposition Capter l’instant du jeune photographe russe Alex Yocu a été inaugurée le 17 février dernier à l’Institut français de Moscou. Il s’agit d’une série de clichés de spectacles de danse et de théâtre dramatique créés en partenariat avec l’Institut français. Le Courrier de Russie a interrogé le photographe sur son exposition et son parcours.Le Courrier de Russie : Comment est née l’idée de l’exposition ?Alex Yocu : C’est en décembre 2014, à l’Institut de Kostroma, que j’ai rencontré le conseiller culturel français Edward de Lumley et les collaborateurs de l’Institut français. J’y étais allé pour photographier la première du spectacle de Karine Ponties, Pastime Paradise, monté avec le studio de danse contemporaine russe Dialogue Dance. Nous avons réalisé, en discutant, que j’avais plusieurs fois pris en photo des manifestations culturelles organisées avec le soutien de l’Institut français sans même le savoir ! Et c’est comme ça qu’est née l’idée de l’exposition : elle réunit de nombreux spectacles soutenus par l’Institut. L’exposition revient sur trois pièces de David Bobbée – Hamlet, Fées et Métamorphoses – mais aussi sur les spectacles Neurasthénie,

Il vous reste 75% de l'article à consulter...

Créez votre compte et accédez gratuitement à 3 articles par mois

Je crée mon compte

Déjà abonné ? Se connecter

Propos recueillis par Vera GAUFMAN

Philippe Veyron : « C’est en Russie que naît le sionisme »

Le conflit israélo-palestinien se passe sur un espace infime à l’échelle mondiale, mais a des répercussions non seulement régionales, mais aussi planétaires. Il touche à beaucoup de thèmes classiques, éternels - la religion, la nation, la conquête d’un espace, la création d’un État... – et passionnants.

 

23 février 2015