Quitter l’Irak et s’installer à Voronej

Mohammed Jamil est diplômé de l’université de Bagdad. À 46 ans, il enseigne la langue arabe en faculté des relations internationales à l’université d’État de Voronej. Marié à une Russe, ils ont trois enfants, dont deux fils qui vont déjà à l’école. Mohammed a confié à Rousskaïa Planeta ce qu’il apprécie en Russie.

Sur la langue russe

J’ai fait connaissance avec la langue russe au collège, en quatrième. Pourquoi est-ce que j’ai choisi d’étudier précisément le russe ? C’est probablement le destin. Je sentais une proximité avec cette langue. En plus, il se trouvait que l’école russe était près de chez moi, alors que la française était très loin, et l’espagnole, carrément à l’autre bout de Bagdad !

Sur ses premières impressions

Je suis venu pour la première fois en Russie en 1989, pour un stage à Moscou. J’arrivais du désert, et je suis tombé dans un jardin. Pour moi, c’était une ville dont j’aurais à peine osé rêver.

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Julia Breen

Dernières nouvelles de la Russie

Mai 1989, Gorbatchev à Pékin : Deux dragons dans un nid d’hirondelle

Il y a trente ans, le 14 mai 1989, le dernier président de l'URSS, Mikhaïl Gorbatchev, arrive à Pékin, au beau milieu des manifestations étudiantes qui se tiennent place Tian’anmen. Il s’agit de la première visite officielle d’un dirigeant soviétique en République populaire de Chine depuis la rupture entre les deux pays communistes, survenue vingt ans plus tôt.

 

24 mai 2019

Souvenirs rock
du « pays des merveilles »

La chanteuse et productrice américaine Joanna Stingray, figure clef de la scène rock soviétique underground de la fin des années 1980, a fréquenté les artistes les plus emblématiques de la période, de Viktor Tsoï (chanteur du groupe Kino) à Boris Grebenchtchikov (musicien et compositeur de Kino, Aquarium).

 

17 mai 2019

Postface au 70e anniversaire de l’OTAN

Pour Sergueï Karaganov, président honoraire du Conseil de politique extérieure et de défense, influent think-tank russe de relations internationales, il est temps que l'OTAN trouve une raison d'exister autre que la menace, selon lui fabriquée, que ferait peser la Russie sur la sécurité du continent européen.

 

14 mai 2019