|  
37K Abonnés
  |   |  

PMA en Russie : Maman et papa sur commande

Alors que les techniques de procréation médicalement assistée (PMA) font débat en Europe, les femmes seules et les couples hétérosexuels peuvent y avoir recours sans restriction en Russie. La revue Bolchoï Gorod a mené l’enquête sur ces gens qui font don de leur sperme ou de leur ventre pour permettre à d’autres de devenir parents.

Le don de sperme comme une quête d’immortalité

« Pour obtenir ma semence, je dois me masturber. Je suis horrifié à l’idée que d’autres gens le sachent, mais je le fais tout de même, parce que je veux répandre mon code génétique au maximum », affirme Anatoliï. À 36 ans, ce père de deux enfants a décidé de devenir donneur de sperme bénévole. Pour ce faire, il a créé un blog intitulé « Homme bon à procréer », afin de trouver des femmes désirant enfanter. Anatoliï, qui veut « rendre service au plus grand nombre de femmes », tient à rester anonyme. « Pour moi, c’est une façon de rester immortel, confie-t-il. J’ai des gènes de qualité. Ma femme ne veut plus accoucher mais moi, je refuse de n’avoir que deux enfants alors que la nature me permet d’en concevoir des milliers. »

« Gènes de qualité », c’est la première chose que soulignent la plupart des donneurs de sperme bénévoles, dont les annonces pullulent sur Internet. Dans leurs présentations, ces hommes vantent leur beauté physique, leur intellect développé et leur statut social élevé. « Hétérosexuel, apparence slave, yeux verts, cheveux longs et blonds. Je suis un homme qui s’est réalisé socialement, qui a une position active dans la vie. Je ne prends pas de drogues, j’ai des gènes de qualité. Si vous aussi, vous êtes belle, je serai votre donneur de sperme », peut-on lire dans une de ces annonces.

Anatoliï, lui, n’a pas de demandes particulières. Il se dit prêt à donner son sperme à toute femme qui souhaiterait l’utiliser, quels que soient son âge, sa nationalité, son physique ou son niveau d’éducation. Sa seule exigence : une attitude responsable envers « leur » futur enfant. « À 35 ans, […]

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Connexion

S’enregistrer


Inna Doulkina

Dernières nouvelles de la Russie

Culture

Arythmie : à voir pendant la Semaine du cinéma russe à Paris

La Semaine du cinéma russe vient d’ouvrir à Paris. Si vous n’aviez qu’un film à voir, optez pour Arythmie de Boris Khlebnikov.

9 novembre 2017
Opinions

Que reste-t-il de 1917 ?

Le centenaire de la révolution, en Russie, est tout sauf une grande fête. Le temps des parades et des festivités collectives est révolu.

7 novembre 2017
Culture

« Notre mission est la promotion de la littérature russe à l’étranger »

Plus de 40 œuvres d'auteurs russes ont été publiées en français grâce à l’Institut de la traduction. Le directeur explique ce projet.

31 octobre 2017