L’âme du FSB

L’âme du FSB

Le correspondant de la revue Rousskiï Reporter a rencontré un collaborateur des Services spéciaux russes de sécurité (FSB) et parlé avec lui de l’âme. Discours direct.« D’un côté, nous luttons contre les criminels, de l’autre, nous devons traiter avec eux. De temps en temps, ils ont des problèmes. Et si ces problèmes nous menacent de la perte d’un agent, il faut que nous les résolvions. Au tribunal, tout le monde le sait : si nous intervenons pour quelqu’un, c’est que c’est véritablement nécessaire. Je considère que c’est juste. Qu’il vaut mieux que notre agent ne se retrouve pas au trou pour une bagarre d’ivrognes si, le lendemain, il nous donne un canal de trafic de drogue. C’est comme ça que travaillent tous les services spéciaux du monde.Dans ce genre de liaisons dangereuses, l’essentiel est de se tenir, soi-même, à sa position de supériorité morale. Ton agent est efficace tant qu’il te respecte, tant qu’il voit que tu n’es pas comme lui. Mais si tu commences à toucher des dividendes de ta collaboration avec lui, tu cesses d’être une autorité pour lui, tu deviens un simple partenaire. Et pour les collègues de service, tu deviens une brebis galeuse. Dès que ça se sait, tous te blâment, et personne ne prend ta défense. C’est ce qui peut arriver de plus terrible, c’est ce dont, chez nous, on a véritablement peur.
L’âme, c’est le premier outil de production d’un collaborateur du FSB
Sous l’URSS, les gens étaient prêts à collaborer avec les organes pour l’idée, pour la vérité, ils craignaient de perdre la confiance des camarades, leur carte du Parti, leur place dans la file d’attente pour un appartement. Mais aujourd’hui, cet instrument ne fonctionne plus ;

Il vous reste 75% de l'article à consulter...

Créez votre compte et accédez gratuitement à 3 articles par mois

Je crée mon compte

Déjà abonné se connecter

Traduit par Julia Breen

Dernières nouvelles de la Russie

Vladimir Tchijov : « La Russie n’a jamais refusé le dialogue avec l’UE »

À l’instar d’Emmanuel Macron, de plus en plus de chefs d’État et de gouvernement européens se prononcent en faveur d’une normalisation des relations avec Moscou. Le quotidien Kommersant s’est entretenu avec Vladimir Tchijov, représentant permanent de la Russie à Bruxelles.

 

24 janvier 2020

Centres de rétention pour migrants : « Pire qu’en prison »

Les étrangers en situation irrégulière sont envoyés dans des centres de rétention administrative en attendant leur expulsion. Boris Klin, membre de la Commission de contrôle civique de la ville de Moscou, s’est rendu dans l’un d'eux pour le journal Izvestia.

 

9 janvier 2020

« Le Français » : la Russie face à son passé soviétique

À l’occasion de la sortie de son film Le Français, qui raconte le quotidien d’un étudiant français côtoyant la jeunesse soviétique dans le Moscou de la fin des années 1950, le réalisateur Andreï Smirnov (L’Automne, La Gare de Biélorussie) s’est confié au journal d’opposition Novaïa gazeta. Extraits.

 

22 novembre 2019