Témoignage d'un rescapé du Goulag

Témoignage d’un rescapé du Goulag

Vladimir Kantovskiï a 83 ans. Il en avait 17 lorsqu'il fut envoyé pour la première fois au Goulag. De la Sibérie à Moscou en passant par le front russo-allemand, il revient sur ces années noires auxquelles il a survécu.Pendant mes dernières années d'école, je lisais beaucoup ; pour dire, de ma vie, je n’ai jamais autant lu qu’à cette période. Klioutchevski, Clausezitz, Mehring, Tarle, Marx, Klautsky, Hegel, ils sont tous passés entre mes mains. Nous tentions, avec mes amis, de comprendre ce qui était en train de se passer dans le pays. Et nous sommes arrivés à la conclusion que ce que l'on vivait n’avait rien à voir avec du socialisme, qu’il existait aussi en URSS de l’exploitation et de la plus-value. Sauf que cette plus-value allait non dans les poches des capitalistes mais dans les caisses de l’État – qui en dilapidait une grande partie pour cause de mauvaise gestion. Ce genre de raisonnement, à l’époque, était considéré comme criminel, comme de la trahison. Donc, nous nous gardions bien de nous confier aux enseignants, nous n’en débattions qu'entre nous.

Un professeur « pas comme les autres »

Pourtant, il y avait ce professeur, Pavel Artourovitch Doukovskiï, il était différent. Il enseignait l’histoire. Il essayait de nous faire réfléchir aux liens de causalité entre les événements et non seulement à égrener des suites de dates et de sujets. Ses collègues aussi bien que ses élèves étaient très partagés sur ses méthodes.À l’époque, mon père et ma mère avaient déjà été arrêtés. Ils faisaient partie de la vieille garde bolchévique, de ceux qui avaient fait la révolution d'Octobre et qui, désormais, étaient « de trop ». Mon père a passé trois ans en prison – pour la période,

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Thomas Gras

Dernières nouvelles de la Russie

Tatarstan : la langue tatare devient facultative

L'enseignement du tatar n'est plus obligatoire dans les écoles du Tatarstan. Ekaterina Khodjaeva revient sur un bras de fer linguistique.

 

30 novembre 2017

Sous pression, le boulanger homophobe Sterligov revend sa chaîne moscovite

L'entrepreneur super-orthodoxe et ouvertement homophobe German Sterligov a annoncé la revente de ses boulangeries Khleb i sol à Moscou.

 

8 novembre 2017

La bande son de la révolution russe

De la Marseillaise à Hatikvah, quelles étaient les chansons populaires parmi les révolutionnaires russes en 1917 ?

 

27 octobre 2017