Les habitants du village de Mikhalkovo, dans l’oblast d’Ivanov, ont emprunté des millions à crédit pour aider leur kolkhoze, « Nacha zhizn »

Les poules ne picorent pas les dettes

Les habitants du village de Mikhalkovo, dans l’oblast d’Ivanov, ont emprunté des millions à crédit pour aider leur kolkhoze, « Nacha zhizn », au bord de la ruine. S’ils n’ont pas réussi à sauver l’ex-kolkhoze, les habitants de Mikhalkovo doivent en revanche aux banques, désormais, des sommes astronomiques.

— Ekhhh, elle sourit, elle n’a pas honte ! Comment peut-elle encore se balader dans le village et regarder les gens dans les yeux, entend-on dans le dos de Marina Zakharova, quand nous traversons le village.

Pourtant, à une maison plus loin, une autre femme enfile déjà à la hâte une petite laine pour défendre l’ex-présidente du kolkhoze :

— Et sans Marina Vladimirovna, tu serais où aujourd’hui ? Tu te serais enfuie depuis longtemps déjà, avec ton poivrot !

Les habitants de Mikhalkovo vivent dans la crainte de voir leurs biens saisis pour des crédits de plusieurs millions, mais se tiennent pourtant de deux côtés d’une barricade : les uns haïssent l’ancienne présidente, les autres l’adorent.

— Dites, vous ne regrettez pas ce qui s’est passé ? C’est tout de même de votre faute si des dizaines de gens se retrouvent aujourd’hui avec des dettes énormes, non ?, je demande, tout en comprenant que cette question pourrait bien être la dernière de ma conversation avec Marina Zakharova.

—    Non, me coupe-t-elle sèchement. Je ne regrette pas et je ne me sens pas coupable. L’époque est ainsi : tu manges ou tu es mangé. Et moi, entre nous, j’ai donné aux gens de l’espoir pour l’avenir.

Elle parle comme si elle tranchait. Dans son béret ressemblant comme deux gouttes d’eau à une casquette de commissaire du peuple, marchant d’un pas décisif dans le village et renvoyant d’un regard les mécontents derrière leurs palissades, Marina Zakharova semble être arrivée tout droit depuis les révolutionnaires années 20, il ne lui manque qu’un Mauser à la ceinture. Il lui faudrait commander un train blindé, et ici, une simple coopérative.

—    Trotski en jupe ! Jusqu’au dernier souffle, j’ai résisté, je ne voulais pas prendre de crédit. Mais Marina est arrivée, elle m’a eu, comme on dit, et j’ai signé tous les papiers, sans même les lire, se stupéfie lui-même Aleksandr Charov, mécanicien agricole. Et pourtant, j’étais sobre !

Kolkhoze. Les poules ne picorent pas les dettes

Des millions dans un sac

Marina Zakharova a été élue présidente du kolkhoze en 1992. Jusqu’alors, elle y travaillait comme contremaître ; puis elle a pris la tête de l’administration locale, les habitants de Mikhalkovo la connaissaient comme une femme d’affaires très énergique. […]

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Connexion

Julia Breen

Dernières nouvelles de la Russie

Société

Enseignement et santé : L’informatisation pour éviter la corruption

Le Comité d’initiatives citoyennes, conseil d’experts créé par l’homme politique et économiste Alexeï Koudrine, vient de publier un rapport intitulé « Les relations formelles et informelles au sein des systèmes russes d’éducation et de santé », basé sur une enquête du Centre analytique Levada.

18 avril 2018
International

Envol et chute de David Jewberg, « expert du Pentagone sur la Russie »

Il s’appelait David Jewberg. Il était connu comme « analyste senior du Pentagone sur la Russie » et « critique réputé de la politique du Kremlin ». Sa page Facebook était régulièrement cité par les agences de presse… jusqu’à ce que le groupe Bellingcat se penche sur son cas : cet homme n’existait pas.

12 avril 2018
Culture

Sofia Kapkova : « Aujourd’hui, la Russie ne produit que des armes et de la culture »

Sofia Kapkova, journaliste de formation, a créé il y a six ans le Centre de cinéma documentaire. Lieu unique en Russie, la petite salle ne reçoit aucune subvention, fonctionnant grâce à des soutiens privés. Ses programmes visent à promouvoir un cinéma documentaire original et de qualité.

10 avril 2018