Limonov. Crédits : nazbol-france.blogspot.com

Limonov: fascinant ou détestable ?

Détesté en Russie et adulé en France, Limonov ne laisse personne indifférent. Le Courrier de Russie a interrogé deux de ses éminentes connaissances, Dmitri Olchanski et Thierry Marignac, pour tenter de comprendre ce qui attire et repousse chez cet écrivain et opposant politique russe.Cet article fait suite à la publication d'une interview de Limonov accordée à Slon.ru, et qui nous a poussés à nous interroger sur la fascination que provoque Limonov en France, alors qu'il est si peu apprécié dans son pays natal.

Dmitri Olchanski, écrivain, rédacteur en chef de la revue Rousskaïa Jizn

LCRD : Pourquoi Limonov est-il si peu apprécié en Russie ?Dmitri Olchanski : Je ne suis pas sûr qu’on ne l’aime pas. Il n’est connu que dans certains milieux restreints. L’intelligentsia russe, les gens « cultivés » ne l’aiment pas parce qu’il ne correspond absolument pas aux standards en vigueur chez les intellectuels russes. Ces derniers souhaitent que l’on se conforme à toutes les normes occidentales, politiques et sociétales. Ils ne veulent surtout pas faire quelque chose qui sera mal compris ou non apprécié par l’Occident. Ce qui est juste pour eux, c’est de faire n’importe quoi qui rapprocherait la Russie des pays européens.LCDR : Par exemple ?D.O. : Le comportement de Limonov, au fil de sa vie, ne s’inscrit pas dans ces standards. Quand il est, par exemple, parti en Occident dans les années 70, il n’a pas rédigé de lettres à l’instar des dissidents russes émigrés du type « Cher camarade Reagan, nous vous demandons de prendre toutes les mesures nécessaires contre l'Union soviétique.

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Propos recueillis par Vera GAUFMAN

Dernières nouvelles de la Russie

Natura Siberica : des cosmétiques sibériens à la conquête de l’Europe

« J’estime qu’avant de se lancer sur le marché d’un pays, il faut en étudier la culture et proposer un produit tenant compte des spécificités nationales. »

 

2 juillet 2015

Alex Yocu : « Je n’ai même pas fini de lire le mode d’emploi de mon appareil photo »

Rencontre avec le photographe russe Alex Yocu

 

4 mars 2015

Gonzague de Pirey : « Nous sommes en Russie pour longtemps »

Saint Gobain : "Nous sommes convaincus du potentiel de ce marché, et nous continuerons donc de nous y développer"

 

3 mars 2015