Konstantin Melnik : « Jusqu’à l’âge de 22 ans, je n’ai pas éprouvé une fois la sensation de satiété »

Konstantin Melnik : « Jusqu’à l’âge de 22 ans, je n’ai pas éprouvé une fois la sensation de satiété »

Konstantin Melnik est le petit-fils de Evgueny Botkine, médecin de famille du dernier empereur russe. Le 17 juillet 1918, Evgueny Botkine fut fusillé avec les membres de la famille impériale. Son descendant vit à Paris. Écrivain français célèbre, Konstantin Melnik fut aussi, dans le passé, un membre éminent des services secrets du général de Gaulle.Itogui : Un hôpital moscovite porte le nom de votre arrière-grand-père, Sergueï Botkine. Parlez-nous de lui, s'il vous plaît...Konstantin Melnik : Sergueï Petrovitch était le onzième enfant de la famille. Son père, dès l’enfance, l’avait rangé « chez les idiots », menacé même de le faire soldat. Et effectivement : à neuf ans, le garçon avait du mal à différencier les lettres. C’est Vassily, l’aîné des fils, qui a sauvé la situation. Ils ont embauché un bon précepteur domestique et il s’est rapidement avéré que Sergueï était tout à fait doué pour les mathématiques. Il pensait intégrer la faculté de mathématiques de l’université de Moscou mais Nikolas Ier a publié un décret interdisant aux personnes d’origine non noble l’entrée de toutes les facultés, excepté médecine. Il ne restait d’autre choix à Sergueï que de devenir médecin.Les talents de médecin de Sergueï Botkine se sont révélés rapidement ; il a insufflé, dans son travail, une philosophie de la médecine jusqu’alors inconnue en Russie : il faut soigner non la maladie mais le malade, qu’il faut aimer. Sergueï Botkine a fondé un hôpital pour les pauvres, qui porte son nom jusqu’à présent et ouvert un dispensaire gratuit. Diagnosticien d’exception, il bénéficiait d’une renommée telle qu’il fut invité en tant que médecin auprès de la Cour, devenant ainsi le premier médecin impérial russe. La fonction avait jusqu’alors été occupée seulement par des étrangers, habituellement des Allemands. Botkine a guéri l’impératrice d’une maladie grave et est parti avec Aleksandr II sur les champs de bataille de la guerre russo-turque. Il est mort en décembre 1889.I : Etant donné le cursus de votre arrière grand-père, pourrait-on dire que médecin est la profession héréditaire des Botkine ?K.M. : Oui. D’ailleurs, mon grand-oncle Sergueï aussi fut médecin. Toute l'aristocratie de Saint-Pétersbourg se faisait soigner chez lui. Ce Botkine était un lion mondain : il menait une vie sulfureuse, remplie d’aventures amoureuses passionnées.I : Et votre grand-père ?K.M. : Evgueny Botkine était différent, pas mondain. À la différence de son frère aîné, il n’a pas ouvert de rentable cabinet privé mais il est allé travailler à l’hôpital pour les pauvres Mariïnsky. Et quand la guerre russo-japonaise a commencé en 1905, Evgueny est parti pour le front, où il dirigeait l’infirmerie de campagne et secourait les blessés sous le feu.Revenu d’Extrême-Orient, mon grand-père a publié le livre Ombres et lumière de la guerre russo-japonaise, recueil des lettres qu’il écrivit du front à sa femme. D’un côté, il y célébrait l’héroïsme des soldats et des officiers, de l’autre, il s’indignait de l’incapacité du commandement et des machinations voleuses de l’intendance. C’est étonnant mais le livre n’a subi aucune censure. Plus encore, il est arrivé dans les mains de l’impératrice Aleksandra Fedorovna qui, l’ayant lu, a déclaré qu’elle souhaitait que l’on fasse venir l’auteur en qualité de médecin de sa famille. Mon grand-père est ainsi devenu le médecin impérial de Nikolaï II.
« Là-bas n’est pas la place d’une demoiselle de votre âge »
I : Et quels étaient les rapports du docteur Botkine avec les figures monarchiques ?K.M. : Avec le tsar, Botkine entretenait des relations de camaraderie. Une sympathie sincère s’est établie entre Botkine et Aleksandra Fedorovna. En dépit de ce que l’on entend souvent dire, la tsarine n’était pas un jouet obéissant aux mains de Raspoutine. Pour preuve,

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Traduit par Julia Breen

Dernières nouvelles de la Russie

Vente d’armes :
la Russie se place sur le marché de l’occasion

En mai dernier, un décret gouvernemental a simplifié la procédure de revente d’armes russes à des pays tiers. Une mesure prise afin de contourner les sanctions américaines.

 

4 juin 2019

Prenez soin des hooligans !

Depuis près de vingt ans, à Saint-Pétersbourg, le cirque Upsala tire de la rue des adolescents à problèmes pour leur faire jouer des spectacles présentés en Russie et en Europe. La vocation du projet, affirment ses concepteurs, est artistique avant d’être sociale, même si le travail réalisé dans ce domaine est colossal.

 

31 mai 2019

Mai 1989, Gorbatchev à Pékin : Deux dragons dans un nid d’hirondelle

Il y a trente ans, le 14 mai 1989, le dernier président de l'URSS, Mikhaïl Gorbatchev, arrive à Pékin, au beau milieu des manifestations étudiantes qui se tiennent place Tian’anmen.

 

24 mai 2019