S'abonner, c'est lire ce que personne n'ose dire sur la RussieDécouvrir nos offres

Les tracasseries du père Gueorguy

Les tracasseries du père Gueorguy

Dans la paroisse du père Gueorguy, on a le droit de faire ce qui est interdit dans la majorité des temples orthodoxes. Les femmes vont à l’office tête nue, les fidèles prient assis et les prêtres célèbrent la messe en langue russe. La communauté du père Gueorguy – la confrérie de la Transfiguration – existe depuis plus de 20 ans. Cependant, il n’y a pas, au sein des représentants de l’Église orthodoxe russe, de consensus concernant l’activité de prédicateur – on qualifie le père Gueorguy de réformateur égaré aussi bien que de véritable philosophe-chrétien. Le Courrier de Russie s’est rendu dans sa communauté.

по-русски

Un vieil immeuble d’habitation dans le centre de Moscou. L’entrée dans la cour tranquille se fait par le porche – l'année dernière, ici, l’asphalte s’est effondré sous un Kamaz. Derrière une porte de métal surmontée d’une caméra de surveillance : l’Institut orthodoxe de Saint-Philarète. Dans les couloirs, les gens s’amassent, des enfants offrent des biscuits aux visiteurs. L’heure de l’office du soir approche, dans la chapelle de l’Institut. La chapelle est un auditoire ordinaire : murs blancs, rangées de chaises, microphone. La seule chose qui peut faire penser qu’il s’agit d’un lieu de culte, ce sont les quelques icônes aux murs et un petit autel. Rien de superflu.La salle est plus que pleine – plus de cent personnes dans 40m². Plus de femmes que d'hommes. L’habillement est libre, principalement des jeans. Les femmes sont sans foulard. Et, last but not least, pas une seule vieille toute prête à condamner les paroissiens mal informés. Tout le monde discute. Beaucoup sourient. Au centre s’avance un homme bien bâti à la barbe en éventail : « Chers frères et sœurs, prière d'éteindre vos téléphone mobiles ». Derrière lui apparaît un grand prêtre, lunettes aux verres épais et simple soutane – c’est le père Gueorguy Kotchetkov, recteur de l'Institut et fondateur de la confrérie de la Transfiguration, réunion informelle de chrétiens orthodoxes.

Vers Dieu par Raphaël

Le père Gueorguy a 61 ans. Il a commencé son activité religieuse dès la fin des années 1960 – sous l’URSS athée. Au moment précis où la télévision, comme l’avait promis Khrouchtchev, devait montrer le dernier pope.Cependant, le père Gueorguy en décida autrement. À 13 ans, il s'est intéressé à l'art de la renaissance italienne – il étudiait les sujets bibliques des images dans les livres et collectionnait les reproductions.

Il vous reste 75% de l'article à consulter...

Créez votre compte et accédez gratuitement à 3 articles par mois

Je crée mon compte

Déjà abonné ? Se connecter

Maria Gorkovskaya