des 50 ans du vol de Gagarine, les éditions Molodaïa Gvardia ont sorti une biographie du premier cosmonaute. L'auteur, Lev Danilkine

Lev Danilkine : « Gagarine a montré qu’il existait une issue de secours »

À l’occasion des cinquante ans du vol de Gagarine, les éditions Molodaïa Gvardia ont sorti une biographie du premier cosmonaute. Le Courrier de Russie a rencontré son auteur, Lev Danilkine.

Le Courrier de Russie : Pourquoi cette biographie ?

Lev Danilkine : Je pourrais vous répondre que je l’ai écrite parce que, enfant, j’avais une montre à l’effigie de Gagarine… Mais c’est une autre réponse que je vais vous donner. Je suis critique littéraire. J’écris sur des livres déjà parus. Mais souvent, je m’interroge aussi sur les livres qui devraient être écrits. Je me disais qu’il nous manqait une biographie de Gagarine. Il y en a bien quelques-unes, rédigées encore du temps de l’URSS. Mais elles ne répondent pas à la question du pourquoi. Pourquoi ce vol ?

LCDR : Et pourquoi ?

L.D. : Le vol de Gagarine permet de comprendre à quoi ça sert, la Russie et tous ses grands espaces. Que ce n’est pas la « Haute Volta avec des fusées », que c’est autre chose. Évidemment, il y avait des sceptiques, il y en a toujours, pour dire  « encore un toutou à galons dorés envoyé dans l’espace » ! Mais moi, je vois bien la différence entre envoyer un chien et envoyer un homme…

LCDR : Et en quoi consiste-t-elle ?

L.D. : C’est Gagarine qui devrait répondre à cette question, pas moi. Surtout, ce n’est pas un sujet à aborder autour d’une table de café.

LCDR : Mais tout de même ?

L.D. : Gagarine a montré qu’il existait une issue de secours. Avant son vol, personne ne savait exactement si un être humain pourrait survivre dans l’espace avec ses températures extrêmes, son apesanteur, son absence d’oxygène. Gagarine a prouvé que c’était possible. Si vous lisez autre chose que votre page Facebook, vous réaliserez aisément que notre planète est loin d’être le lieu le plus sûr de l’univers et,

[…]

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Propos recueillis par Inna Doulkina