Jérôme Rigaud

Au goût du Kremlin

Jérôme Rigaud est le seul étranger employé à la présidence russe. Depuis bientôt trois ans, le chef cuisinier français prépare lui-même les plats qui sont servis à la table présidentielle dans le palais du Kremlin et ailleurs. Pour le plaisir de Dmitriï Medvedev et de ses hôtes, il a adapté sa cuisine au goût russe. Portrait d’un chef friand de défis et de diversité.

Читать эту статью на русском

« Travailler dans les cuisines du Kremlin, c’est comme dans le sport : il faut gagner le match tous les jours. » Depuis janvier 2008, Jérôme Rigaud est le responsable cuisinier des réceptions données par le président Medvedev. Quand on demande à ce Français de 35 ans comment il est arrivé là, il répond tout simplement qu’il s’est trouvé « au bon endroit au bon moment ». Ce que confirme son parcours professionnel, qui n’est qu’une suite d’opportunités saisies au vol. Un enchaînement de défis qu’il s’est lancés depuis qu’il a su qu’il ne pourrait plus jouer au rugby, sport auquel il s’adonnait depuis l’adolescence.

À l’âge de 19 ans, ce joueur de deuxième division à Perpignan se blesse. A la suite d’une rupture des ligaments croisés du genou, Jérôme doit renoncer non seulement à sa passion mais également à son rêve de devenir un jour inspecteur de police. « Une immense déception », souligne-il. Le jeune homme, natif d’Abidjan (Côte d’Ivoire), restera « déprimé » jusqu’au jour où un ami serveur lui propose de venir l’aider pour la soirée du Nouvel An dans un restaurant de Perpignan. Jérôme a alors 22 ans, et se découvre une nouvelle vocation : « Ca m’a donné envie d’ouvrir un restaurant ». Il décide d’en faire son métier.

Après avoir été formé,

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Gabrielle Leclair

Dernières nouvelles de la Russie

Objectif Russie

« Ce que j’entretiens avec la Russie est de l’ordre de la passion amoureuse. C’est tellement puissant émotionnellement… il y a chaque fois quelque chose qui me retient. »

 

6 décembre 2010

Triste samedi chez Khlestakoff

Pendant que les Moscovites font la grasse mat’, nous nous laissons entraîner par les serveurs du restaurant franco-russe Khlestakoff à prendre place à une jolie table nappée.

 

3 décembre 2010

Cuisine top secrète

« Si les plats préférés du président sont dévoilés dans la presse, on court le risque que tous ses hôtes les reproduisent indéfiniment »

 

22 novembre 2010