« J’ai 20 ans, et je ne laisserai personne dire que c’est le plus bel âge de la vie »

Elle joue l’adolescente sensible et révoltée de Shkola (L’école), série sans personnage principal dans laquelle elle semble pourtant tenir le premier rôle, tant l’intensité de son interprétation crève l’écran à chacune de ses apparitions. Alors que ce qui restera le phénomène télévisuel russe de l’année touche bientôt à sa fin, j’ai décidé de rencontrer Valentina Loukachtchouk qui, entre deux bouts d’essai pour de prochains rôles, m’a accordé un peu de temps pour revenir sur le succès controversé de la série.

Si Valentina Loukachtchouk avait pu vivre à une autre époque, elle aurait choisi d’être contemporaine de Tchekhov. « La société n’était pas aussi pervertie qu’aujourd’hui », affirme-t-elle pour justifier un mal de vivre qu’elle confie partager avec Anya, son personnage dans la série. « Notre génération est très individualiste, poursuit-elle. Chacun a tellement d’amour pour sa petite personne qu’il ne lui en reste plus pour les autres. Je ne trouve pas ma place dans cet univers. » Les trois sœurs est d’ailleurs sa pièce préférée.

[…]

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Guillaume Clément Marchal