S'abonner, c'est soutenir une rédaction indépendante basée à MoscouDécouvrir nos offres

Ekaterina Serebriakova, gardienne de mémoire maternelle

Ekaterina Serebriakova, gardienne de mémoire maternelle

Elle vient de fêter ses 96 ans. Délicieuse vieille dame, — toilette et manières impeccables et surannées —, Ekaterina Serebriakova est la fille cadette de Zinaïda Serebriakova, peintre russe d’exception exilée à Paris. Née dans une famille d’aristocrates, artistes de génération en génération, Zinaïda, devenue veuve et ruinée par la révolution de 1917, se résout, en 1924, à quitter la Russie soviétique. Elle espère pouvoir subvenir aux besoins de ses enfants et de sa mère, restés à Petrograd, en cédant ses peintures dans la capitale française, haut lieu de l’émigration russe. « Mais elle n’a jamais pu se fondre dans les mouvements modernistes et abstraits qui sévissaient à l’époque. Son réalisme classique, certes très apprécié, était peu vendeur », raconte sa fille. Elle est peu à peu oubliée en Russie, et demeure méconnue en France. Néanmoins, deux de ses enfants, Ekaterina (« Katia ») et son frère Alexandre (« Choura ») la rejoignent quelques années plus tard. Les autres ne verront pas leur mère pendant quarante ans. « Choura était déjà un véritable artiste et pouvait gagner de l’argent pour l’envoyer au pays. Et moi, j’étais la plus jeune », commente Ekaterina pour expliquer ce choix de Sophie qui devait miner toute leur existence.

Il vous reste 75% de l'article à consulter...

Créez votre compte et accédez gratuitement à 3 articles par mois

Je crée mon compte

Déjà abonné ? Se connecter

Veronika Dorman

Irina Lebedeva, le pouvoir au féminin

La nouvelle directrice voudrait que la Tretiakov devienne un « musée du XXIe siècle », un lieu interactif, multimédia, accueillant, où le public viendrait apprendre, se détendre, se sentir bien.

 

18 septembre 2009

Prophète en son pays ?

Pour l’anniversaire de la mort d’Alexandre Soljenitsyne, le Premier ministre Vladimir Poutine a décidé d’intégrer la lecture obligatoire d’extraits de L’Archipel du Goulag dans les programmes scolaires.

 

18 septembre 2009

Permis de détruire

Les autorités municipales moscovites ont élaboré un plan d’urbanisme général, le « Guenplan », pour 2025. Toute la ville, du centre à la périphérie la plus éloignée, devrait être touchée en profondeur, mais de manière inégale.

 

18 septembre 2009