fbpx
Pauvres et malades: Reportage sur une polyclinique publique de Moscou

Pauvres et malades

En pleine zone d’habitation, entre les terrains de jeux et les prodoukti¹, se dresse la polyclinique publique du quartier de Molodiojnaïa. Les murs s’effritent, il n’y a pas d’eau chaude et le matériel électronique fait sérieusement défaut. C’est pourtant dans ces conditions rudimentaires que travaille Alexeï Soloviev² depuis Avril 2008. Le Courrier de Russie a suivi ce neurologue dans son travail quotidien, en tentant de comprendre pourquoi le système médical russe se trouve dans un état si désastreux.

« Je t’écoute, ma chérie »

C’est par ces mots rassurants qu’Alexeï accueille tous ses patients, pour la plupart de petites dames âgées, parées de leurs plus beaux atours pour l’occasion. Assise sur le lit, au fond du petit cabinet, entre cables électriques et carnets médicaux, je n’éveille la curiosité de personne. Pourquoi ? Les patients ne s’estiment-ils pas en droit de poser des questions ? Il semble que le médecin soit maître de son cabinet et qu'il ne revienne à personne de contester ses décisions. Alors que les infirmières décorent le sapin de Noël dans la salle d’attente, le va-et-vient est constant dans le cabinet. Les patients y défilent à tour de rôle, ne respectant pas d’ordre de passage. Le premier interrompt la séance pour aller chercher son livret de santé,

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Emily Florence Unser

Dernières nouvelles de la Russie

International

Anders Fog Rasmussen : « L’OTAN n’a jamais exclu la possibilité d’accueillir la Russie »

Lors de sa première conférence de presse, l’ancien Premier ministre du Danemark et nouveau secrétaire général de l’OTAN Anders Fog Rasmussen, s’est exprimé sur le développement d’un partenariat stratégique original avec la Russie.

 

7 août 2009
Culture

Niko Pirosmani : barbouilleur de Tbilissi

La galerie Prooun expose le grand peintre géorgien

 

19 décembre 2008
Société

À quand la prochaine Révolution russe ?

L’économiste Evgueni Gontmakher explique comment l’éviter

 

19 décembre 2008