fbpx

Astrid Wendlandt : « La Russie m’a fait grandir et m’a toujours porté chance » 

Qui peuple l’Oural d’aujourd’hui ? C’est la question que s’est posée Astrid Wendlandt, journaliste chez Reuters et passionnée de la Russie, avant d’entreprendre une expédition à travers cette chaîne de montagnes qui séparent l’Europe de l’Asie. En arpentant les coins les plus reculés en quête de civilisations perdues, Astrid en a retrouvé une en construction. Elle a rédigé un essai à partir de son voyage, L’Oural en plein cœur, publié aux éditions Albin Michel en mai 2014.Le Courrier de Russie : À la lecture de L’Oural en plein cœur, on se dit que vous racontez votre propre vie… Est-ce bien le cas ?Astrid Wendlandt : En grande partie, oui. Mais j’ai écrit de façon à ce qu’on ne puisse pas distinguer la réalité de la fiction. J’aime les non-dits, les choses que l’on devine. C’est toute la force de la littérature : on peut imaginer. Le journalisme, ce sont des faits précis – mais là, j’ai précisément voulu tuer le journaliste pour laisser parler le conteur, celui qui donne vie à son histoire pour que l’histoire existe par elle-même.LCDR : En 1995, vous arriviez pour la première fois à Tcheliabinsk, capitale industrielle de l’Oural, pour apprendre le russe. Quelles furent vos impressions ? A.W. : Ce qui m’a frappée d’abord, ce sont les visages des gens – ils portaient sur eux une dureté de vie à laquelle je n’ai jamais vraiment goûté. Je la ressentais dans le regard des femmes qui attendaient le bus le matin, dans le tramway… C’est ça, mes premières impressions : cette histoire d’une existence difficile qui se lisait comme dans un livre ouvert sur les visages que je découvrais. Et puis à l’époque, en 1995, à Tcheliabinsk, il n’y avait rien dans les magasins excepté du vinaigre et des allumettes, mais en revanche, l’avenue principale pouvait être transformée à tout moment en aéroport, et il y avait une locomotive à charbon aux portes de la ville. Tout était prêt si une guerre avait dû éclater. On sentait que la ville était une base militaire,

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Traduit par Inna Doulkina

Dernières nouvelles de la Russie

Culture

Arythmie : à voir pendant la Semaine du cinéma russe à Paris

La Semaine du cinéma russe vient d’ouvrir à Paris. Si vous n’aviez qu’un film à voir, optez pour Arythmie de Boris Khlebnikov.

 

9 novembre 2017
Opinions

Que reste-t-il de 1917 ?

Le centenaire de la révolution, en Russie, est tout sauf une grande fête. Le temps des parades et des festivités collectives est révolu.

 

7 novembre 2017
Culture

« Notre mission est la promotion de la littérature russe à l’étranger »

Plus de 40 œuvres d'auteurs russes ont été publiées en français grâce à l’Institut de la traduction. Le directeur explique ce projet.

 

31 octobre 2017