Françoise Rigard : « L’expatriation apprend l’humilité, ici ou ailleurs »

Françoise Rigard me reçoit dans son appartement de Chistye Proudy, un matin. Arrivée en Russie en 1998, elle a dirigé le bureau de représentation de Moulinex à Moscou, géré sa faillite en 2001 et fait face, ensuite, à des rachats en cascade d’entreprises pour lesquelles elle travaillait. Récit d’une battante.

читать по-русски

Françoise Rigard : « L’expatriation apprend l’humilité, ici ou ailleurs »Le Courrier de Russie : Comment êtes-vous arrivée ici ?Françoise Rigard : Je suis arrivée en Russie en 98 avec le groupe Moulinex, pour lequel je travaillais depuis 1988 au département marketing. Avant, j’avais été envoyée en Italie et au Canada pour inculquer la culture du groupe, établir la stratégie commerciale... Rentrée de Toronto en 96, j’ai travaillé sur des joint-ventures industrielles et sur le développement commercial en Amérique latine : je passais alors ma vie dans les avions et les hôtels. Le patron à l’export m’a ensuite proposé la Russie : nous nous faisions piquer nos parts de marché et j’avais pour mission d’y doubler le chiffre d’affaires. Je suis arrivée en avril 98, et la crise elle, est arrivée en août.LCDR : Que s’est-il passé ?F. R. : On a perdu 95% de chiffre d’affaires : on est resté quatre mois sans rien vendre. J’ai dû me charger rapidement de tâches très désagréables : licencier des gens, négocier avec d’autres des baisses de 50% de leur salaire, etc...LCDR : Ça ne vous a pas fait fuir ?F. R. : J’avais signé pour trois ans... On est en 2011 et je suis toujours là ! Début 99, c’était laborieux c’est vrai, mais l’activité a repris peu à peu, car la marque avait une vraie force. Les gens avaient avec Moulinex une relation affective,

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Propos recueillis par Nina Fasciaux

Dernières nouvelles de la Russie

Jean Malaurie : « Dans ces temps compliqués, il est essentiel que Paris reste unie fraternellement auprès de Moscou »

Jean Malaurie est le premier homme à avoir atteint, le 29 mai 1951, le secteur du Pôle géomagnétique Nord.

 

17 décembre 2015

Germain Derobert : « La Russie est un pays où l’on est en proie à des rencontres qui bouleversent l’existence »

La dernière Grenouille de Nina Fasciaux

 

17 juillet 2015

Catherine Joffroy : « J’ai voulu prendre, à 18 ans, la nationalité soviétique »

"La Russie va surprendre le monde."

 

3 juillet 2015