Souscrivez à l'Offre Découverte : 2 semaines d'accès illimité et gratuit au Courrier de RussieJe souscris à l'Offre Découverte

Gardez le sourire !

Gardez le sourire !

Monument aux fondateurs de la ville d'Ekaterinbourg Vassili Tatichtchev et Georg Wilhelm de Gennin. Donat Sorokin/TASS

Quand il n’y en a plus, il y en a encore : vous vous croyiez sorti des gros titres sur le coronavirus ? Tout repart à la hausse, y compris les obligations sanitaires, et cela rend visiblement nerveux un certain nombre de personnes – notamment lorsqu’il s’agit de faire la queue cinq heures avant de pouvoir effectuer un test PCR. La suite de ce moment désagréable en soi est également source d’angoisse : résultat disponible dans vingt-quatre heures… ou quarante-huit… ou même trois, cinq, huit jours.

C’est trop pour certains, que démange jour et nuit la terreur d’avoir attrapé la fameuse maladie. Ainsi, un habitant de Perm ayant effectué son test le 7 octobre et ne voyant toujours rien venir le 12, a pris son courage a deux mains et empoigné son téléphone pour en avoir le cœur net. Premier appel, pas de réponse. Il réessaie. Encore. Et encore. En fin de compte, il passera sept heures à écouter sonner dans le vide,

Il vous reste 75% de l'article à consulter...

Souscrivez à l'Offre Découverte :
2 semaines d'accès illimité et gratuit au Courrier de Russie

Je souscris sans CB

Déjà abonné ?

Se connecter