Souscrivez à l'Offre Découverte : 2 semaines d'accès illimité et gratuit au Courrier de RussieJe souscris à l'Offre Découverte

Écotourisme : les Russes se mettent au vert

Écotourisme
Les Russes se mettent au vert

Île d'Iturup (Kouriles).
Photo : Yuri Smityuk/TASS

En 2020, la fermeture des frontières liée à la crise du coronavirus a contraint nombre de Russes à rester dans leur pays pour les vacances. Pour certains, cela a été l’occasion de découvrir un nouveau mode de voyage de plus en plus populaire : l’écotourisme. 

Marina et Vladislav partent habituellement en vacances à l’étranger. Cette année, ce couple de Moscovites a opté pour le Caucase et tenté l’expérience « éco » avec un séjour à l’éco-hôtel Victoria, dans le village d’Arkhyz. « Malheureusement, nos craintes concernant l’écotourisme russe se sont vérifiées : il n’y avait rien d’éco là-bas. J’ai surtout l’impression que l’écotourisme est un prétexte utilisé par les hôteliers pour proposer le service minimum : nous n’avons pas eu d’eau chaude pendant plusieurs jours, aucun petit-déjeuner n’était prévu, le ménage n’était pas fait quotidiennement dans les chambres... », déplore Marina. 

Le propriétaire de l’hôtel, Azamat, n’est pas d’accord : « Nous avons l’air frais de la montagne et des produits naturels. Ce n’est pas écologique, ça ? ». Il rappelle que le tourisme est une activité récente dans la région, ce qui peut expliquer le caractère rudimentaire des infrastructures. En revanche, l’environnement est préservé : « Nous sommes dans une zone protégée, il est interdit d’y construire des hôtels depuis 2013, explique-t-il. On ne peut pas non plus abattre d’arbres, il est donc impossible de construire un bâtiment un peu spacieux. Les gardes forestiers passent une fois par semaine pour vérifier qu’on ne jette pas de déchets dans les fossés. » 

Il vous reste 75% de l'article à consulter...

Souscrivez à l'Offre Découverte :
2 semaines d'accès illimité et gratuit au Courrier de Russie

Je souscris sans CB

Déjà abonné ?

Se connecter