Souscrivez à l'Offre Découverte : 2 semaines d'accès illimité et gratuit au Courrier de RussieJe souscris à l'offre Découverte

Comment lutter (inefficacement) contre le destin

Comment lutter (inefficacement)
contre le destin

RIA Novosti

L’inauguration de petits monuments locaux revient souvent dans mes chroniques : j’ai récemment évoqué une statue élevée en l’honneur des pelmeni, puis, il y a un an celle dédiée à la scie… Et encore, je vous passe les inaugurations régulières de toilettes publiques en plastique ou de nouveaux emplacements à poubelles, qui se font toujours en grande pompe avec présence du maire et ruban rouge coupé aux ciseaux, sous le regard de quelques habitants s’étant déplacés pour l’occasion.

Cette semaine, un nouveau monument a attiré mon attention : il s’agit d’une statue élevée en l’honneur de « Valère la tique » en Bachkirie. Comme vous pouvez le voir sur la photo, l’ensemble n’est pas très grand, et comporte une petite plaque où il est écrit : « Je suis comme toi, je veux vivre ! ». L’auteur de la sculpture est visiblement un ami des animaux, qui a déclaré mettre dans cette installation une « pensée humaniste » : « Il n’y a pas de bons ou de mauvais animaux ; comme tout être, la tique veut simplement vivre, » a-t-il expliqué. Il a ajouté que la tique était un symbole de la taïga au même titre que l’ours,

Il vous reste 75% de l'article à consulter...

Souscrivez à l'Offre Découverte :
2 semaines d'accès illimité et gratuit au Courrier de Russie

Je souscris sans CB

Déjà abonné ?

Se connecter

Sibérien à perdre, tout à gagner

Il y a la presse locale avec ses nouvelles insolites, que nous lisons dans cette chronique chaque semaine, et puis il y a la presse locale sibérienne avec ses nouvelles insolites… et là, on change clairement de niveau. L’accouchement dans la taïga au milieu des ours ? Sibérie. Le postier qui parcourt 350 kilomètres à pied pour aller porter ses lettres ? Sibérie. Le marathon annuel par -45° ? Sibérie.

 

7 octobre 2020

Du thé en Russie

Les articles culturels sur le thé en Russie ne manquent pas : pourquoi les Russes en sont-ils aussi friands (je pense que le fait que cette boisson coûte moins cher que l’eau plate est un élément de réponse), comment le boivent-ils (articles sur le fameux samovar), quand le boivent-ils (au petit-déjeuner, au déjeuner, au dîner et entre les repas), etc. Pourtant, un certain nombre de questions demeurent souvent sans réponse.

 

30 septembre 2020

« Oups ! »

Chacun sait que l’enfer est pavé de bonnes intentions, et que des meilleurs mouvements du cœur peuvent découler des conséquences largement pires que ce que l’on croyait justement éviter. J’en veux pour illustration une petite brève de presse arrivée cette semaine de Bouriatie, dont le sujet, selon toute vraisemblance, n’a eu sa place dans les journaux que parce qu’un journaliste de passage s’est amusé de la tragique ironie de l’événement.

 

23 septembre 2020