S'abonner, c'est rejoindre une communauté d'experts et de passionnésDécouvrir nos offres

Feux de forêt : une catastrophe prévisible

Feux de forêt
Une catastrophe prévisible

Extinction d'un feu de forêt dans le district autonome des Khantys-Mansis (Sibérie). Photo : Denis Bushkovsky/RIA Novosti

Comme en 2019, les incendies ont ravagé des millions d’hectares de forêts cet été. Une situation récurrente, liée à un manque d’entretien et aux particularités de la législation russe en matière de lutte contre le feu.

À la fin d’août, dans le territoire de Krasnoïarsk (Sibérie orientale), 100 000 hectares de forêts étaient en feu. L’état d’urgence a été déclaré, bien que les autorités assurent que les populations ne sont pas en danger. Les pompiers ont à peine le temps d’éteindre un incendie qu’un autre se déclare : au cours de la seule journée du 26 août, quinze incendies sont éteints sur une superficie de 7,2 hectares, et vingt-cinq nouveaux foyers se déclarent. Les orages secs seraient la cause principale de l’embrasement.

Trois autres régions ont également été déclarées en état d’urgence pour la même raison : le Kamtchatka, la Tchoukotka et la Iakoutie. Là encore, la plupart des feux de forêt se propagent dans des endroits reculés et difficiles d’accès, compliquant voire rendant impossible le travail des pompiers.

Contrôler les feux plutôt que les éteindre

Face à l’augmentation critique des incendies, le ministère de l’Environnement travaille depuis la fin de juin sur un projet d’amendement visant à réduire les zones dites de « contrôle » des feux de forêt. À l’heure actuelle, ces territoires – où l’accent est mis sur le contrôle des flammes, et où leur extinction n’est pas obligatoire – représentent environ la moitié des forêts du pays (1,1 milliard d’hectares au total).

Il vous reste 75% de l'article à consulter...

Créez votre compte et accédez gratuitement à 3 articles par mois

Je crée mon compte

Déjà abonné ? Se connecter

Vladimir Vachtchenko

Dopage : ultime sursis pour l’athlétisme russe

Enlisé dans le scandale du dopage, l’athlétisme russe est à nouveau en sursis. Moscou a jusqu’au 15 août pour payer une amende de plusieurs millions de dollars, sous peine de priver sine die ses athlètes de compétitions internationales.

 

3 août 2020