Souscrivez à l'Offre Découverte : 2 semaines d'accès illimité et gratuit au Courrier de RussieJe souscris à l'Offre Découverte

Du thé en Russie

Du thé en Russie

Pexels

Les articles culturels sur le thé en Russie ne manquent pas : pourquoi les Russes en sont-ils aussi friands (je pense que le fait que cette boisson coûte moins cher que l’eau plate est un élément de réponse), comment le boivent-ils (articles sur le fameux samovar), quand le boivent-ils (au petit-déjeuner, au déjeuner, au dîner et entre les repas), etc. Pourtant, un certain nombre de questions demeurent souvent sans réponse ou, tout simplement, personne ne les pose…

…ou alors on ne les pose qu’à vous, lecteur russophile, lorsqu’un invité vous en apporte une boîte estampillée « goût russe », et vous demande avec innocence : « Au fait, pourquoi goût russe ? » Eh oui, quel est ce fameux goût censé vous faire voyager dans les steppes à la première gorgée et qui, trop amer pour nos papilles occidentales, ne tient que rarement ses promesses d’évasion ?

Le mot même désignant le thé en Russie nous met sur la piste de la réponse : le thé se dit tchaï,

Il vous reste 75% de l'article à consulter...

Souscrivez à l'Offre Découverte :
2 semaines d'accès illimité et gratuit au Courrier de Russie

Je souscris sans CB

Déjà abonné ?

Se connecter

Gardez le sourire !

Quand il n’y en a plus, il y en a encore : vous vous croyiez sorti des gros titres sur le coronavirus ? Tout repart à la hausse, y compris les obligations sanitaires, et cela rend visiblement nerveux un certain nombre de personnes – notamment lorsqu’il s’agit de faire la queue cinq heures avant de pouvoir effectuer un test PCR. La suite de ce moment désagréable en soi est également source d’angoisse : résultat disponible dans vingt-quatre heures… ou quarante-huit… ou même trois, cinq, huit jours.

 

21 octobre 2020

Comment lutter (inefficacement) contre le destin

L’inauguration de petits monuments locaux revient souvent dans mes chroniques : j’ai récemment évoqué une statue élevée en l’honneur des pelmeni, puis, il y a un an celle dédiée à la scie… Et encore, je vous passe les inaugurations régulières de toilettes publiques en plastique ou de nouveaux emplacements à poubelles, qui se font toujours en grande pompe avec présence du maire et ruban rouge coupé aux ciseaux, sous le regard de quelques habitants s’étant déplacés pour l’occasion.

 

14 octobre 2020

Sibérien à perdre, tout à gagner

Il y a la presse locale avec ses nouvelles insolites, que nous lisons dans cette chronique chaque semaine, et puis il y a la presse locale sibérienne avec ses nouvelles insolites… et là, on change clairement de niveau. L’accouchement dans la taïga au milieu des ours ? Sibérie. Le postier qui parcourt 350 kilomètres à pied pour aller porter ses lettres ? Sibérie. Le marathon annuel par -45° ? Sibérie.

 

7 octobre 2020