S'abonner, c'est lire ce que personne n'ose dire sur la RussieDécouvrir nos offres

GPA : la Russie prête à rouvrir le débat

GPA
La Russie prête à rouvrir le débat

Crédit photo : Tim Bish/Unsplash

À Moscou, des médecins spécialisés dans la gestation pour autrui ont été arrêtés pour trafic d’enfants. L’affaire pourrait relancer le débat sur la légalité de la GPA.

En janvier dernier, un nourrisson d’un mois est retrouvé mort sans cause apparente dans un appartement de la région de Moscou. Trois autres nouveau-nés sont également découverts. L’enquête révèle qu’il s’agit d’enfants issus de la gestation pour autrui (GPA, autorisée en Russie) attendant que leurs « parents d’intention », des ressortissants philippins, viennent les récupérer. Ils sont sous la surveillance de nourrices, suivis juridiquement par le cabinet de conseil Rosjurconsulting, spécialisé dans le droit reproductif. Les mères porteuses qui les ont mis au monde doivent toucher environ 40 000 euros.

Après plusieurs mois d’enquête, Vladislav Melnikov, directeur du Centre européen de GPA et cofondateur de Rosjurconsulting, est interpellé. Le directeur du centre de GPA Sweetchild, Konstantin Svitnev, est accusé, lui, d’avoir mis en place un réseau international de trafic d’enfants. Il a toutefois quitté la Russie à destination de la République tchèque avant le début de la pandémie de coronavirus... Les comptes des entreprises de MM. Melnikov et Svitnev ont été bloqués.

Une pratique légale

L’affaire fait d’autant plus de bruit que, le 14 juillet, c’est au tour de quatre médecins de la clinique moscovite NGC, spécialisée dans la fécondation in vitro, d’être arrêtés. L’embryologiste Tarass Achitkov, la gynécologue Lilia Panaïoti et les reproductologues Iouliana Ivanova et Valentina Tchernychova, impliqués dans des procédures de GPA pour des clients étrangers, sont accusés de trafic d’enfants et de négligence ayant entraîné la mort. Ils auraient enfreint la législation sur la procréation assistée (aucune précision n’a été apportée officiellement) et encouragé les mères porteuses à « louer leur utérus ».

Il vous reste 75% de l'article à consulter...

Créez votre compte et accédez gratuitement à 3 articles par mois

Je crée mon compte

Déjà abonné ? Se connecter

Ekaterina Pitchouguina

Covid-19 : Moscou dans la course au vaccin

Selon l’Organisation mondiale de la santé, 141 vaccins contre la Covid-19 seraient actuellement à l’étude dans le monde. Cette course au vaccin n’est pas sans soulever de nombreuses questions au sein de la communauté scientifique russe.

 

7 juillet 2020

Les bébés confinés de la GPA

En Russie, chaque année, des centaines de mères porteuses donnent naissance à des enfants destinés à des parents étrangers. Avec la fermeture des frontières en raison de la Covid-19, beaucoup de nourrissons se retrouvent à l’orphelinat. Dans le meilleur des cas...

 

29 juin 2020