S'abonner, c'est découvrir la Russie sans préjugés ni concessionsDécouvrir nos offres

Quand le coronavirus finit par nous rattraper

Quand le coronavirus finit par nous rattraper

Film "À la mer"(2009), Yaroslav Chevazhevskiy

Les informations tournant de près ou de loin autour du coronavirus semblent fonctionner par vagues, comme la CoViD elle-même, et se font oublier aussi rapidement qu’elles resurgissent. Ce début de chronique voit la possibilité de les éclipser avec une petite brève de presse tout droit arrivée de la Russie maritime orientale.

La ville d’Artiom, peut-être pas si à contre-courant de l’actualité, cherche à redorer le blason d’une profession injustement méprisée par les jeunes : fossoyeur. Pour la rendre plus attractive, les autorités ont imaginé un grand concours, portant le nom étonnant de « Pétaudière tombale ». L’objectif ? Creuser une tombe fonctionnelle (le cercueil témoin doit y entrer du premier coup) le plus rapidement possible.

Il vous reste 75% de l'article à consulter...

Créez votre compte et accédez gratuitement à 3 articles par mois

Je crée mon compte

Déjà abonné ? Se connecter

Marguerite Sacco

« Oups ! »

Chacun sait que l’enfer est pavé de bonnes intentions, et que des meilleurs mouvements du cœur peuvent découler des conséquences largement pires que ce que l’on croyait justement éviter. J’en veux pour illustration une petite brève de presse arrivée cette semaine de Bouriatie, dont le sujet, selon toute vraisemblance, n’a eu sa place dans les journaux que parce qu’un journaliste de passage s’est amusé de la tragique ironie de l’événement.

 

23 septembre 2020

Action, réaction

J’ai croisé récemment, dans un supermarché de Bourgogne, une petite famille en plein drame. Les parents sommaient leur dernier rejeton de mettre un masque, avec un argument choc : « Tu veux tuer Papa et Maman, c’est ça ? » Je me suis alors interrogée sur la portée traumatisante de cette question rhétorique dans l’esprit d’un petit de quatre ans, et n’ai pu m’empêcher de faire le parallèle avec les enfants russes qui me semblaient moins mis sous pression par le spectre Covid.

 

16 septembre 2020

Chroniques scolaires insolites

L’accessoire phare de la rentrée va incontestablement être le masque. Y compris, sans doute, dans les écoles, où des trafics sont d’ailleurs à prévoir entre ceux qui auront plus de style que d’autres (en dépit de tout bon sens hygiénique). Si la Russie n’a pas rendu son port officiellement obligatoire dans les établissements, nombre de régions l’ont cependant fortement recommandé.

 

9 septembre 2020