S'abonner, c'est soutenir une rédaction indépendante basée à MoscouDécouvrir nos offres

Pierre Znamensky : le fil rouge de l’Histoire

Pierre Znamensky
Le fil rouge de l’Histoire

Drapeau des usines Koulakov, Leningrad, 1932

Auteur du livre Sous les plis du drapeau rouge (Rouergue, 2010), Pierre Znamensky possède la plus grande collection d’étendards et d’artefacts soviétiques au monde. Le Courrier de Russie l’a rencontré chez lui, à Paris, parmi quelques-unes de ses acquisitions.

Quand et pour quelles raisons en êtes-vous venu à constituer cette collection ?

Pierre Znamensky : J’ai commencé ma collection en 1993, peu après mon arrivée à Moscou, où j’étais contractuel à l’ambassade de France. En visitant le Musée de la Révolution (l’actuel Musée d’Histoire, sur la place Rouge), je suis tombé en admiration devant un drapeau cousu par une secrétaire de Leonid Smirnov, vice-Premier ministre de Khrouchtchev. On y voyait un ouvrier serrant la main d’un kolkhozien – symbolisant les deux composantes du prolétariat. Le lendemain, mon prédécesseur à l’ambassade m’a emmené aux puces d’Izmaïlovo — qui n’était pas encore un lieu touristique — et je suis tombé sur un étendard qui ressemblait beaucoup à celui que j’avais vu la veille. Il a été ma première acquisition.

Autoportrait photomaton de Pierre Znamensky sur une carte de membre de la Section française de l'Internationale ouvrière (SFIO) datant de 1936.

Les premières années, la collection s’est rapidement enrichie. Je me fournissais principalement à Izmaïlovo et dans le quartier du vieil Arbat. À l’époque, c’était très facile : les gens rapportaient de province des étendards par centaines… De nos jours,

Il vous reste 75% de l'article à consulter...

Créez votre compte et accédez gratuitement à 3 articles par mois

Je crée mon compte

Déjà abonné ? Se connecter

Propos recueillis par Guilhem Pousson

L’amour binational victime du Covid

Depuis six mois, les frontières de la Russie sont fermées aux ressortissants de la majorité des pays du monde. De nombreux couples franco-russes non mariés, séparés au moment de la fermeture des frontières, ne peuvent toujours pas se retrouver.

 

22 septembre 2020

Enseignement : les langues étrangères ratent le bac

Souvent excellent à l’université, l’enseignement des langues en Russie peine à se démocratiser. Le gouvernement vient d’ailleurs d’annuler l’instauration prochaine d’une épreuve obligatoire de langue vivante au baccalauréat : la piètre qualité de la formation scolaire risquait de faire échouer une majorité de candidats.

 

16 septembre 2020