Toute l'équipe du Courrier de Russie fait une pause pour les fêtes. Nous vous souhaitons un joyeux Noël et une bonne année 2021

Goodbye Coronavirus

Goodbye Coronavirus

Sotchi, le 8 juin 2020. Photo : TASS

Qui se souvient du coronavirus ? Encore vedette des gros titres internationaux la semaine dernière, il est en voie de se faire occulter complètement par les événements survenus aux États-Unis. Ceux-ci prennent le pas sur toutes les informations, au point que même les programmes télévisés en Russie s’en trouvent perturbés : dimanche soir passait sur la Première Chaîne le film Le Frère 2 (Alexeï Balabanov, 2000) ; dans la scène finale commence une chanson censée accompagner tout le générique : Goodbye America, du groupe de rock soviétique Nautilius Pompilius. Jusque-là, tout va bien, mais…

Fausse manipulation ou mauvaise blague que personne n’avait vu venir ? En lieu et place de générique, la mélodie a en réalité accompagné des vidéos des désordres aux États-Unis, et les téléspectateurs, surpris, ont pu contempler des voitures en flammes, des charges policières, des pillages et des combats de rue dans la nuit et les fumigènes, tandis que le chanteur s’égosillait dramatiquement : « Goodbye Ameeeerica ». Si vous avez du mal à y croire, vous pouvez revivre cet instant en cliquant ici.

Si vous préférez des moments plus historiques et émouvants, sachez qu’il sera bientôt possible de prendre l’ascenseur avec Youri Gagarine. Une usine de Roscosmos (l’entreprise d’État pour les activités spatiales) vient d’obtenir le droit d’utiliser un enregistrement du célèbre cosmonaute : une fois que vous aurez appuyé sur un bouton et que les portes se seront refermées derrière vous, vous entendrez ce héros de l’URSS vous lancer un retentissant « C’est parti ! » (Поехали!), avant que la cabine ne s’élance.

La firme étant autorisée à produire seulement cinquante ascenseurs par mois entre aujourd’hui et décembre, il se peut que vous ayez à chercher longtemps avant de réussir à en trouver un qui vous accueille de cette manière. En attendant – c’est mieux que rien – vous pouvez vivre l’expérience par procuration en suivant ce lien.

Un autre organisme gouvernemental a fait parler de lui cette semaine : Roskatchestvo, l’observatoire officiel de la qualité des produits. Au terme d’une enquête ayant recoupé des dizaines d’études et établi tout autant de critères et de systèmes de notation par catégorie, les deux produits les plus sûrs de Russie en termes de santé ont été désignés : il s’agit de… la vodka et l’huile végétale. Tellement russe, pourrait-on se dire, d’autant plus que la suite du classement regroupe nombre d’aliments très appréciés par les habitants de la Fédération.

Ainsi, le sarrasin l’emporte haut la main dans la catégorie gruau, et la smetana (la crème fraîche) dans celle des produits laitiers. Coup dur en revanche pour les pelmeni, sorte de raviolis très prisés, ceux de la marque Domachni (« Faits maison »…) se retrouvant parmi les produits à la viande les plus à risque ; idem pour les souchki, des biscuits en forme d’anneau que l’on grignote souvent en regardant un film, devenus lauréats du danger dans la catégorie des produits secs.

Bref, une valeur sûre : la vodka, que garantissent un savoir-faire ancestral et une réputation mondiale solidement établie. La Russie telle qu’on la connaît réapparaît à mesure que s’éloigne la chape de plomb de la Covid.