S'abonner, c'est lire ce que personne n'ose dire sur la RussieDécouvrir nos offres

Le confinement, une fête sans fin

Le confinement, une fête sans fin

Nous ne sommes pas encore sortis de la crise du coronavirus que, déjà, des statistiques pointent leur nez : les prévisions de baby boom ou d’explosion des divorces, que l’on présentait il y a quelques semaines, sur le ton de la plaisanterie, comme étant des conséquences logiques d’un confinement prolongé, sont en passe d’être confirmées. Si le chiffre des divorces a baissé de 70 % en avril en Russie (Kommersant), on estime que la raison en est simplement la difficulté d’accéder aux structures administratives à cause des restrictions : il s’agirait même du calme avant la tempête, et la Komsomolskaia Pravda prévoit ainsi un nombre record de divorces en juin.

Si être confiné à deux s’est révélé compliqué pour certains couples,

Il vous reste 75% de l'article à consulter...

Créez votre compte et accédez gratuitement à 3 articles par mois

Je crée mon compte

Déjà abonné ? Se connecter

Marguerite Sacco

« Oups ! »

Chacun sait que l’enfer est pavé de bonnes intentions, et que des meilleurs mouvements du cœur peuvent découler des conséquences largement pires que ce que l’on croyait justement éviter. J’en veux pour illustration une petite brève de presse arrivée cette semaine de Bouriatie, dont le sujet, selon toute vraisemblance, n’a eu sa place dans les journaux que parce qu’un journaliste de passage s’est amusé de la tragique ironie de l’événement.

 

23 septembre 2020

Action, réaction

J’ai croisé récemment, dans un supermarché de Bourgogne, une petite famille en plein drame. Les parents sommaient leur dernier rejeton de mettre un masque, avec un argument choc : « Tu veux tuer Papa et Maman, c’est ça ? » Je me suis alors interrogée sur la portée traumatisante de cette question rhétorique dans l’esprit d’un petit de quatre ans, et n’ai pu m’empêcher de faire le parallèle avec les enfants russes qui me semblaient moins mis sous pression par le spectre Covid.

 

16 septembre 2020

Chroniques scolaires insolites

L’accessoire phare de la rentrée va incontestablement être le masque. Y compris, sans doute, dans les écoles, où des trafics sont d’ailleurs à prévoir entre ceux qui auront plus de style que d’autres (en dépit de tout bon sens hygiénique). Si la Russie n’a pas rendu son port officiellement obligatoire dans les établissements, nombre de régions l’ont cependant fortement recommandé.

 

9 septembre 2020