S'abonner, c'est rejoindre une communauté d'experts et de passionnésDécouvrir nos offres

Relever tous les défis

Relever tous les défis

Cette semaine le KillFish, un bar de Moscou réputé pour être assez chaud (il arrive que le patron débarque avec sa kalachnikov), s’est à nouveau illustré : l’établissement propose en effet un « Tequila Boum », cocktail qui est bien plus qu’un cocktail puisqu’il s’accompagne de toute une mise en scène. Le client doit tout d’abord enfiler un casque (ce qui n’augure rien de bon) ; une fois qu’il a bu le cocktail à la Tequila, on passe à la partie « Boum », et un employé lui assène un coup sur le crâne avec un fût de bière. Trois vertèbres cassées chez un client aventureux il y a de cela quelques jours…

Ce genre d’info s’accompagne souvent, lorsqu’elle est racontée à l’étranger, d’une petite légende devenue canonique : « C’est normal en Russie ». Popularisée par un YouTubeur français, cette réflexion accompagne désormais nombre de vidéos stupéfiantes et de photos absurdes. La quantité de ces images et petits films a en effet de quoi surprendre : qu’est-ce qui pousse autant de Russes à se retrouver dans des situations aberrantes ou à y réagir si naturellement ?

Il vous reste 75% de l'article à consulter...

Créez votre compte et accédez gratuitement à 3 articles par mois

Je crée mon compte

Déjà abonné ? Se connecter

Marguerite Sacco

Comment gagner un appartement sibérien et se procurer un tank

La star des journaux russes cette semaine est incontestablement la Constitution. Sa réforme très discutée et le fameux référendum lancé dimanche dernier ont autant fait couler d’encre qu’ils ont été à l’origine de moments quelque peu lunaires ou gênants. Une Russe résidant en Israël s’est par exemple débrouillée pour voter trois fois à distance.

 

1 juillet 2020

Quand le coronavirus finit par nous rattraper

Les informations tournant de près ou de loin autour du coronavirus semblent fonctionner par vagues, comme la CoViD elle-même, et se font oublier aussi rapidement qu’elles resurgissent. Ce début de chronique voit la possibilité de les éclipser avec une petite brève de presse tout droit arrivée de la Russie maritime orientale.

 

24 juin 2020

12 juin : le meilleur et le pire de la Journée de la Russie

Malgré les mesures de distanciation sociale encore en vigueur, qui excluent notamment les rassemblements trop importants, chaque ville de Russie a tenu, le 12 juin, à célébrer vaille que vaille la Journée de la Russie. Quoique moins importante en termes de moyens déployés que le Jour de la Victoire du 9 mai, la Journée de la Russie reste une célébration chère au cœur des Russes.

 

17 juin 2020