S'abonner, c'est dessiner avec la Russie les horizons du Monde de demainDécouvrir nos offres

Kountsevo : le quartier de Moscou qui défie le pouvoir

Kountsevo : le quartier de Moscou qui défie le pouvoir

À Kountsevo, quartier résidentiel de l’ouest de Moscou, les habitants luttent depuis trois ans pour éviter la démolition de leurs immeubles.

L’écrivain et poète ukrainien Ivan Franko (1856-1916), considéré comme l’un des pères fondateurs de la culture ukrainienne moderne, a une rue à son nom dans l’ouest de Moscou. Elle est apparue en 1960, au moment du rattachement du village de Kountsevo à la capitale soviétique. Soixante ans plus tard, l’appétit monstre de Moscou a relégué ce quartier dans un indéfinissable entre-deux urbain bordé par deux autoroutes, à mi-chemin entre la banlieue – dont il ne fait pas vraiment partie – et le centre-ville – situé à une dizaine de kilomètres de là.

Quant à la rue Ivan-Franko, elle longe la voie ferrée où défilent les trains de banlieue et délimite le sud des secteurs 47 et 48 de Kountsevo, semblables à tous les quartiers résidentiels de la ville : des pelouses et des parterres de fleurs, des bouleaux, des peupliers, des aires de jeux, quelques magasins d’alimentation, peu de boutiques ; une procession d’habitants se dirigeant vers le métro le matin et en revenant le soir ; des immeubles de cinq étages en brique beige clair.

Au milieu d’une cour, des barrières métalliques empêchent d’accéder à ce qui semble être un terrain vague. À quelques mètres de là, une dizaine de personnes font les cent pas à côté d’une petite tente ornée d’une pancarte lumineuse : « PIK dehors ! »

Des habitants réduits au silence

La PIK (Pervaïa ipotetchnaïa kompania) est le plus grand promoteur immobilier de Russie. Depuis l’hiver 2017, elle se heurte à la résistance des habitants des secteurs 47 et 48, opposés à un chantier gigantesque. « Au total, 37 immeubles sont concernés, explique Ivan Rojkov, l’un des leaders du mouvement de protestation. Il y a trois ans, la mairie de Moscou a décidé de les raser et de mettre à la place des tours construites par la PIK ».

Défendre son quartier, dans la joie et la bonne humeur. Photo : facebook

Aussitôt, les habitants du quartier se mobilisent.

Il vous reste 75% de l'article à consulter...

Créez votre compte et accédez gratuitement à 3 articles par mois

Je crée mon compte

Déjà abonné ? Se connecter

Léo Vidal-Giraud

Le cinéma fait sa politique

La polémique entourant le film Prazdnik (« la Fête »), interdit en raison d’un traitement trop léger de la Seconde Guerre mondiale et sorti sur internet au début de l’année, témoigne de l'emprise exercée par les autorités russes sur le monde de l’art, selon le réalisateur Alexeï Krassovski.

 

20 février 2019