S'abonner, c'est découvrir la Russie sans préjugés ni concessionsDécouvrir nos offres

Il y a trente ans : mon premier Big Mac made in URSS

Il y a trente ans...
Mon premier Big Mac
made in URSS

Ce 31 janvier, le premier restaurant McDonald’s de Russie, situé place Pouchkine à Moscou, fête ses trente ans.

En ce matin glacial du 31 janvier 1990, la capitale soviétique est plongée dans sa grisaille habituelle. De tristes jigoulis et de mornes volgas passent et repassent sur la rue Gorki (aujourd’hui de nouveau Tverskaïa, la rue principale de la ville) ; le pas cafardeux des passants s’étouffe sur les trottoirs enneigés, sous l’œil épuisé des vitrines de magasins désespérément vides.

À l’angle de la rue Bolchaïa Bronnaïa, un M jaune orne toutefois d’un sourire joyeux la façade de l’ancien café Lira, où, dans les années 1960-1970, en plein « Dégel », la jeunesse dorée venait écouter du jazz (plus ou moins toléré) tout en parlant musique et mode occidentales. C’est là que les autorités ont décidé d’offrir à l’homo sovieticus un nouvel avant-goût d’Ouest en ouvrant le premier McDonald’s du pays.

Petite politique du Big Mac

L’accord avec la filiale canadienne du géant américain a été finalisé par Vladimir Malychkov, tout-puissant directeur du Département de l’alimentation collective pour la ville de Moscou. À l’époque, la population de l’URSS est gavée de « collectif », mais a perdu le goût de l’« alimentation » normale… En cinq ans, la perestroïka a achevé de dérégler l’économie planifiée sans la remplacer par quoi que ce soit d’efficace. En ce temps de pénurie générale, les femmes angoissent même à l’idée d’accoucher, le lait en poudre manquant autant que les autres biens de première nécessité.

« Ouverture », « liberté d’expression », « nouvelle maison européenne » ‒ les mots pleins d’espoir de la période gorbatchévienne, salués avec soulagement dans le monde entier – laissent les premiers concernés sur leur faim…

Les premières employées en 1990. Photo : G/A Prisma Digital Photo Netwk/REX FEATURES

D’un côté, un pouvoir soviétique en quête de symboles ; de l’autre, une population avide de changements concrets (en premier lieu dans les rayons des magasins). Le « McDo » de la place Pouchkine fait coïncider ces deux aspirations.

Il vous reste 75% de l'article à consulter...

Créez votre compte et accédez gratuitement à 3 articles par mois

Je crée mon compte

Déjà abonné ? Se connecter

Boris Iounanov

Dijon : Kadyrov en Petit Père des Tchétchènes

Le chef de la république de Tchétchénie a publiquement soutenu les membres de la diaspora tchétchène impliqués dans la flambée de violence de Dijon. Une prise de position qui tranche avec sa sévérité habituelle à l’égard de ses compatriotes de l’étranger.

 

24 juin 2020

Moscou : un déconfinement kafkaïen

Masques imposés aux joggeurs, promenades un jour sur deux, attestation de domicile nécessaire pour sortir… À partir de ce lundi 1er juin, les habitants de Moscou découvrent un « monde d’après » digne d’Orwell ou de Kafka.

 

1 juin 2020