Marzahn : la Petite Russie de Berlin

Lorsque le tramway pénètre dans le quartier de Marzahn, dans le nord-est de Berlin, les conversations en russe se font plus fréquentes parmi les passagers…

La rame fend les larges avenues qui séparent les barres d’immeubles. « S-Bahnhof Marzahn », « Marzahner Promenade », « Bürgerpark Marzahn »… les stations défilent dans ce quartier qui n’en finit pas. Nous arrivons à la station « Niemgeker Strasse », presque en bout de ligne. À l’entrée du petit centre commercial situé en face de l’arrêt, des affiches en cyrillique annoncent la venue d’artistes russes (Philipp Kirkorov, Iouri Chatounov…) dans la capitale allemande.

C’est là que nous attend Aliona Koulik, une Ukrainienne originaire de Kharkov. En 2013, elle est venue rejoindre son mari Igor, un Russe d’Omsk. Le couple a choisi ce quartier en raison du très grand nombre de russophones qui y vivent. « Dehors, en été, on rencontre des jeunes en train d’écouter de la musique russe et des anciens qui jouent aux échecs sur la place », raconte Igor. Les enfants fréquentent l’école maternelle Teremok, un établissement bilingue, à quelques rues de chez eux. Aliona a même réussi à trouver un pédiatre d’origine russe dans le quartier. « Je ne parle pas encore très bien allemand. Je voulais être certaine de tout comprendre pour mes enfants », explique-t-elle. Sur son téléphone portable, elle est abonnée au groupe WhatsApp « Mamans de Marzahn », dans lequel une centaine de mères russophones échangent bonnes adresses et conseils. « Les plus anciennes aident les nouvelles pour les questions administratives », poursuit Aliona.

En tournée, les artistes Russes passent tous par Marzahn. Photo : Loïc Ramirez

Diplômée en économie et en informatique décisionnelle, elle travaille actuellement à son compte sur des projets personnels. Igor, lui, vit dans le pays depuis plus longtemps que sa femme. Arrivé en 2001, il termine bientôt son contrat au sein de l’armée allemande. Le jeune homme s’est récemment fait réprimander par un officier pour avoir discuté en russe avec un compatriote pendant son service : « Il nous a rappelé que c’était le drapeau allemand qui ornait nos uniformes. » À la différence d’Aliona, Igor a un passeport allemand : « Ma grand-mère était d’origine allemande,

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Loïc Ramirezberlin

Dernières nouvelles de la Russie

L’avenir radieux de la forêt biélorusse

Elle accueille les visiteurs dès l’aéroport de Minsk. Immense et majestueuse, elle occupe 40 % du territoire national. Partout elle exhale une fraîcheur qui semble nettoyer l’air de toute impureté. La forêt biélorusse est à l’image du pays : propre, très encadrée et surprotégée.

 

12 juin 2019

Parlez-vous l’Abkhaze ?

Reconnue par seulement cinq États dans le monde, dont la Russie, la République d'Abkhazie, qui a déclaré son indépendance de la Géorgie en 1992, cherche à renforcer son identité culturelle à travers l'enseignement de la langue abkhaze.

 

21 novembre 2018

Oleg Kravchenko : « Nous n’avons aucun intérêt à un conflit entre la Russie et l’Occident. »

À la faveur du conflit ukrainien, la Biélorussie s’est positionnée en tant qu’intermédiaire entre Kiev et les autorités séparatistes du Donbass. Signe d’une reconnaissance du rôle positif joué par le pays, une partie des sanctions de l'UE dont celui-ci faisait l'objet ont été levées.

 

23 octobre 2018