Mystiques russes : Chamans, starets et autres fols-en-Christ

Le chaman marche. Il a nom Alexandre Gabychev. Il parcourt une vingtaine de kilomètres par jour, rassemblant peu à peu apôtres et disciples.

Le chaman marche. Parti de Iakoutsk (à 4 900 kilomètres de Moscou) il y a un peu plus de six mois, il se donne deux ans pour atteindre la capitale et renverser Vladimir Poutine, qu’il tient pour une « force du mal ». La presse, notamment occidentale, a récemment fait ses choux gras de cette histoire.

Le chaman marche. Il est parfois contraint de s’interrompre. Ainsi, dans la République de Bouriatie (qui fait partie de la Fédération de Russie), il a eu maille à partir avec les forces de l’ordre et a bien failli se retrouver en hôpital psychiatrique. S’il bénéficie d’un certain soutien populaire et de celui de membres du mouvement de l’opposant Navalny, les chamans bouriates, en revanche, voient en lui un imposteur.

Alexandre Gabychev, chaman en marche. Crédit : RIA Novosti

Peu importe, le chaman marche. Il prévoit déjà son arrivée à Moscou à la tête d’une véritable armée, pour un gigantesque combat – celui du bien contre le mal.

Un autre « visionnaire »

Un siècle plus tôt, ou peu s’en faut, un autre visionnaire, que l’on qualifiait de « starets » (thaumaturge, prophète, guide spirituel) plutôt que de chaman, Grigori Raspoutine, quittait sa Sibérie natale pour se rapprocher de la Russie d’Europe.

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Anne Coldefy-Faucard

Dernières nouvelles de la Russie

Viatcheslav Pietsoukh, l’ironie douce

La récente disparition de Viatcheslav Pietsoukh, à l’âge de soixante-douze ans, n’a pas fait la Une de la presse française. L’écrivain avait pourtant connu sa ‒ toute ‒ petite heure de gloire en France au début des années 1990, avec la publication, aux éditions Actes Sud, d’un recueil de nouvelles, Chronique privée (1991), et d’un roman, La nouvelle philosophie moscovite (1993).

 

4 octobre 2019

À quel Staline se vouer?

Dieu sait pourquoi (mais Dieu n’a sans doute rien à y voir), il semble que, depuis quelque temps, le nom de Staline revienne de plus en plus souvent, à l’écrit comme à l’oral, en Russie.

 

3 septembre 2019

Le festin rêvé
de la diplomatie russe

L’image de festins grandioses, de fêtes merveilleuses comme on n’en voit que dans les contes, est rarement associée à la Russie par les étrangers. À tort. Les contes populaires russes ne parlent, au fond, que de repas pantagruéliques - des épreuves culinaires imposées par la sorcière Baba Yaga aux malheureux qui s'aventurent chez elle, jusqu'aux noces somptueuses du tsarévitch et de la belle Vassilissa.

 

15 août 2019