S'abonner, c'est lire ce que personne n'ose dire sur la RussieDécouvrir nos offres

Mystiques russes : Chamans, starets et autres fols-en-Christ

Mystiques russes
Chamans, starets et autres fols-en-Christ

Le chaman marche. Il a nom Alexandre Gabychev. Il parcourt une vingtaine de kilomètres par jour, rassemblant peu à peu apôtres et disciples.

Le chaman marche. Parti de Iakoutsk (à 4 900 kilomètres de Moscou) il y a un peu plus de six mois, il se donne deux ans pour atteindre la capitale et renverser Vladimir Poutine, qu’il tient pour une « force du mal ». La presse, notamment occidentale, a récemment fait ses choux gras de cette histoire.

Le chaman marche. Il est parfois contraint de s’interrompre. Ainsi, dans la République de Bouriatie (qui fait partie de la Fédération de Russie), il a eu maille à partir avec les forces de l’ordre et a bien failli se retrouver en hôpital psychiatrique. S’il bénéficie d’un certain soutien populaire et de celui de membres du mouvement de l’opposant Navalny, les chamans bouriates, en revanche, voient en lui un imposteur.

Alexandre Gabychev, chaman en marche. Crédit : RIA Novosti

Peu importe, le chaman marche. Il prévoit déjà son arrivée à Moscou à la tête d’une véritable armée, pour un gigantesque combat – celui du bien contre le mal.

Un autre « visionnaire »

Un siècle plus tôt, ou peu s’en faut, un autre visionnaire, que l’on qualifiait de « starets » (thaumaturge, prophète, guide spirituel) plutôt que de chaman, Grigori Raspoutine, quittait sa Sibérie natale pour se rapprocher de la Russie d’Europe.

Il vous reste 75% de l'article à consulter...

Créez votre compte et accédez gratuitement à 3 articles par mois

Je crée mon compte

Déjà abonné ? Se connecter

Anne Coldefy-Faucard

Noir : une gueule à faire peur

En Russie comme dans d’autres cultures, le noir est la couleur du deuil, du chagrin. La raison en est, selon la tradition, que « la couleur noire n’irrite pas le défunt, elle ne suscite en lui aucune envie ni jalousie envers les vivants portant des vêtements de couleurs vives et joyeuses ».

31 juillet 2020