Sous-marin AS-31 : un secret bien gardé

La classe de sous-marins nucléaires AS-31 (ou « projet 10831 ») – à laquelle appartient celui qui a été la proie d’un incendie le 1er juillet en mer de Barents – relève de la Direction générale d’étude sous-marine, l’un des départements les plus secrets du ministère russe de la Défense.

On sait seulement que ce bureau – qui dépend directement du ministre – a été créé en 1965, et que les AS-31 sont chargés d’étudier les fonds océaniques, d’installer des câbles sous-marins de télécommunication et des capteurs, de rechercher et de remonter à la surface divers « objets d’importance stratégique ». Il y a tout lieu de penser qu’ils remplissent également des missions de sabotage et d’espionnage.

Auréolé de mystère

De fait, toutes les informations circulant dans la presse russe sur l’AS-31 se résument à des suppositions. La construction du submersible aurait été lancée en 1990, avant d’être fortement ralentie sur fond d’effondrement de l’URSS et de manque de financements. Les derniers tests subis par le navire avant sa mise en service dateraient de 2009.

C’est aux particularités de sa conception que l’AS-31 doit son surnom étrange de « Locharik » – contraction de lochad (cheval) et charik (petite balle),

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Par Leonid Nercissyananalyste militaire