Souscrivez à l'Offre Découverte : 2 semaines d'accès illimité et gratuit au Courrier de RussieJe souscris à l'Offre Découverte

Des pilotes sans manuel : les causes du crash de Cheremetievo

Des pilotes sans manuel
les causes du crash de Cheremetievo

La compagnie aérienne russe Aeroflot vient d’annoncer son intention d’acquérir cent nouveaux avions de transport régional Soukhoï Superjet 100 (SSJ100). La nouvelle a de quoi surprendre, après le crash spectaculaire d’un appareil de ce type, survenu le 5 mai dernier à l’aéroport de Cheremetievo et faisant quarante et un morts. Le SSJ100, qui devait effectuer la liaison Moscou-Mourmansk, avait tenté un atterrissage d’urgence avant de s’embraser une fois au sol. Igor Deldioujov, pilote de ligne et président du syndicat du personnel naviguant de l'aéroport Cheremetievo, commente, pour Le Courrier de Russie, les conclusions du récent rapport du Bureau intergouvernemental d’enquête sur les accidents aériens (MAK).

Le Courrier de Russie : Selon le rapport, l'avion a été frappé par la foudre après six minutes de vol. S’il y avait de l’orage, pourquoi l’équipage n’a-t-il pas demandé à reporter son départ ?

Igor Deldioujov : L’orage est très certainement le pire ennemi du pilote, le phénomène météorologique le plus redoutable auquel il ait à faire face. Personne ne prend sciemment le risque de traverser une zone orageuse – qui apparaît en jaune et rouge sur les radars. Ce 5 mai, il est probable que le commandant de bord ne s’est pas trouvé face à un orage mais à une masse nuageuse de type cumulonimbus – qui apparaît sur le radar en vert. Dans l’enregistrement des communications du cockpit, on l’entend d’ailleurs dire : « Ça va secouer ! ». Il s’attendait donc à traverser une zone de turbulences, ce qui est relativement habituel. Toutefois, dans les zones nuageuses très denses, les avions peuvent recevoir des décharges d’électricité statique. Celle que le SSJ100 a reçue était puissante, comme en témoignent les traces qu’elle a laissées sur le fuselage. Un tel phénomène est extrêmement rare.

L'avion Soukhoï Superjet 100 de la compagnie Aeroflot en flammes à l'aéroport Cheremetievo de Moscou le 5 mai 2019. Crédit : openmedia

LCDR 

Il vous reste 75% de l'article à consulter...

Souscrivez à l'Offre Découverte :
2 semaines d'accès illimité et gratuit au Courrier de Russie

Je souscris sans CB

Déjà abonné ?

Se connecter

Turbulences chez les pilotes russes

En février 2018, un avion Antonov 148 de la compagnie Saratov Airlines s’écrasait près de Moscou, faisant soixante et onze morts. Le copilote avait obtenu sa licence dans un centre de formation non reconnu par l’Agence fédérale du transport aérien. La journaliste Alexandra Djordjevitch revient sur la question de la formation des pilotes en Russie.

 

4 juillet 2019

Drame de Cheremetievo : Le crash de trop ?

Ce dimanche 5 mai, en fin d'après-midi, quarante et une personnes sont mortes à l'aéroport de Cheremetievo après l'atterrissage en urgence d’un avion Soukhoï Superjet 100 de la compagnie Aeroflot, reliant Moscou à Mourmansk, ville située à 1 900 kilomètres au nord de la capitale russe.

 

6 mai 2019