Coupe du monde 2018 :
Un an après…

Ce lundi 15 juillet marquera le premier anniversaire de la Coupe du monde de football 2018, remportée par la France en Russie. L’occasion de revenir sur l’héritage laissé, de Kaliningrad à Ekaterinbourg, par le plus grand événement sportif jamais organisé par le pays.

Un an après, la nostalgie a gagné de nombreux Russes. Depuis le milieu du mois de juin, les réseaux sociaux sont envahis de photographies prises l’été dernier et accompagnées de commentaires regrettant l’atmosphère chaleureuse qui régnait alors dans les villes hôtes. Certains associent l’édition 2018 du Mondial au plus grand succès qu’ait connu l’équipe russe de football, arrivée en quart de finale, alors que de nombreux spécialistes lui avaient prédit une élimination dès le premier tour. D’autres soulignent avant tout l’excellente organisation et l’ambiance de fête. Sans oublier la foule de supporters étrangers – jamais la Russie n’avait reçu autant de touristes en même temps. Mais l’heure est également au bilan des investissements massifs consentis pour accueillir les matchs.

Fréquentation des stades : une hausse insuffisante

La compétition s’est déroulée dans douze stades – à Moscou (deux), Saint-Pétersbourg, Ekaterinbourg, Kazan, Nijni-Novgorod, Rostov-sur-le-Don, Volgograd, Samara, Kaliningrad, Sotchi et Saransk. Plus de 200 milliards de roubles (près de trois milliards d’euros) avaient été alloués à leur construction ou à leur rénovation. Un investissement qui ne devrait pas être amorti avant cinquante ans…

Le stade Loujniki de Moscou. Crédit : Twitter

Jusqu’en 2023, l’entretien des stades sera assumé par les autorités fédérales, qui débourseront pour cela près de 147 millions d’euros. Ensuite, chaque région sera en charge de son stade, d’où l’urgence de leur trouver un usage.

Parmi les douze stades du Mondial, trois ont été mis en service avant le début de la compétition : l’Otkrytie Arena de Moscou (où le Spartak joue ses matchs à domicile),

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Par Anastasia Sedukhina

Dernières nouvelles de la Russie

L’amnistie de toutes les peurs

Il y a cinq ans, Vladimir Poutine promettait une amnistie pour les exilés fiscaux rapatriant leurs capitaux en Russie. Le FSB (Services fédéraux de sécurité) a pourtant utilisé la déclaration d’impôt d’un de ces «repentis» dans une affaire pénale.

 

10 octobre 2019

Semaine de quatre jours : 
Les 35 heures à la russe

Ce lundi 30 septembre, le ministère russe du Travail rend son avis sur la réduction de la semaine de travail à quatre jours. Le projet est défendu par le Premier ministre, Dmitri Medvedev, qui avait évoqué l’idée pour la première fois en juin 2019, à la Conférence internationale du travail, à Genève.

 

30 septembre 2019

Vkusvill : Le grand frais venu du froid

En moins de dix ans, les supérettes Vkusvill, spécialisées dans les produits naturels et locaux, se sont imposées dans le secteur russe de la grande distribution. La marque vise désormais le marché mondial.

 

19 septembre 2019