Prenez soin des hooligans !

Depuis près de vingt ans, à Saint-Pétersbourg, le cirque Upsala tire de la rue des adolescents à problèmes pour leur faire jouer des spectacles présentés en Russie et en Europe. La vocation du projet, affirment ses concepteurs, est artistique avant d’être sociale, même si le travail réalisé dans ce domaine est colossal. Un reportage de la revue Meduza.

« Je vomis la guerre »

C'est un rituel : à la fin du mois d'avril, Saint-Pétersbourg se prépare aux célébrations du Jour de la Victoire, le 9 mai. Les rues sont noires de monde, les promeneurs font des selfies à côté des chars militaires exposés sur les places. Au même moment, sur la scène mal éclairée d’un chapiteau, à l'écart du brouhaha du centre-ville, une dizaine d’adolescents âgés de 12 à 16 ans jonglent avec des ballons de basket et font des acrobaties. Tour à tour, ils s’approchent d’un micro et crient :

-Je vomis la corruption !

-Je vomis l’inégalité !

-Je vomis la guerre !

Face à eux, le public leur fait une ovation debout. Certains spectateurs ont les larmes aux yeux.

Ils viennent d’assister à une représentation du « spectacle documentaire » Dominos proposé par le cirque Upsala. Ce dernier travaille exclusivement avec des jeunes en difficulté. Larissa Afanassieva, directrice du lieu et metteur en scène, les appelle affectueusement ses « hooligans ». « Pour la plupart des gens, les gamins avec lesquels nous travaillons sont des bons à rien, des gibiers de potence. Nous avons décidé d’assumer : nous sommes effectivement un cirque pour hooligans. Ainsi, chacun se sent à sa place », dit-elle. Au-dessus de la scène, une grande banderole arbore le slogan d’Upsala : « Prenez soin des hooligans ! ».

L’idée de Dominos est venue à Larissa il y a deux ans, à la même période de l'année. « Nous nous baladions en ville et, en voyant tous ces gens parader devant les tanks, l’air ravi, je me suis sentie mal à l’aise. Je ne comprends pas que la présence de la guerre dans notre vie ait pu devenir une source d’intérêt, de fierté… », confie-t-elle.

Représentation du spectacle Dominos le 9 mai à Saint-Pétersbourg. Crédit : Novostidny

En août 2018, Upsala a organisé une résidence artistique de deux semaines en Allemagne, à Zeitz, une localité située près de Leipzig, consacrée au thème de la guerre et de la paix. Le projet réunissait 26 adolescents, jeunes Russes et Allemands issus de familles défavorisées, mais aussi migrants syriens et afghans. C’est l’histoire de ces derniers qui a inspiré la mise en scène et le titre : dans les camps de réfugiés, les jeunes qui ne parlent pas la même langue font connaissance en jouant aux dominos.

« Il y a dix ans,

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Traduit par Julia Breen

Dernières nouvelles de la Russie

Sergueï Lavrov : « L’Union européenne n’est pas un partenaire fiable »

Rencontre Macron-Poutine d’août, échange de prisonniers entre Moscou et Kiev, négociations sur le Donbass : le ministre des Affaires étrangères revient, dans un entretien accordé à Kommersant, sur les grands dossiers internationaux de ces dernières semaines.

 

16 octobre 2019

Igor Kolomoïski : « La guerre dans le Donbass sert les intérêts de Washington »

Le milliardaire Igor Kolomoïski, revenu en Ukraine fin mai après deux ans d'exil, est souvent qualifié de « parrain » du nouveau pouvoir à Kiev. Dans un entretien accordé à l'hebdomadaire ukrainien Novoïe Vremia, il s'est longuement exprimé sur la situation économique du pays et sur le conflit dans le Donbass.

 

19 juillet 2019

Les Russes en mal de solidarité

« Les Russes ont la nostalgie du « nous », dont témoignent leurs accès chroniques de néo-stalinisme. Dans leur esprit, l’URSS apparaît aujourd’hui comme un pays des merveilles, où ils étaient tous frères et vivaient de victoires communes. » L’écrivain Andreï Desnitski revient sur trente ans d’aspirations des Russes.

 

25 juin 2019