L’hôpital idéal de Vladislav Tetioukhine, roi du titane

Avant son décès, le milliardaire russe Vladislav Tetioukhine avait investi toute sa fortune dans la construction d’une clinique ultra-moderne soignant gratuitement ses patients. Aujourd’hui, l’établissement est au bord de la faillite.

« La qualité des soins et le parc immense me donnent parfois l’impression de me trouver dans une maison de repos plutôt qu’à l’hôpital », raconte Ioulia Verchinina. Cette habitante de Nijni-Taguil, une ville du sud de l’Oural située à environ 1 300 kilomètres à l’est de Moscou, vient de se faire opérer de la hanche dans le Centre de soins et de rééducation de l’Oural (UKLRTs). « Une clinique connue dans toute la Russie. Rendez-vous compte : l’établissement est privé et moderne, mais les soins sont gratuits ! », ajoute une autre patiente, Marina Savenkova.

Un établissement d’exception

Ouvert en 2014, l'hôpital doit tout au milliardaire Vladislav Tetioukhine, décédé en avril 2019 à l’âge de quatre-vingt-six ans, qui a conçu et financé le projet de A à Z. Moderne et accueillant, il s’étend sur 72 000 mètres carrés, dans un quartier pittoresque de Nijni-Taguil. Outre les infrastructures médicales, il abrite également des appartements pour ses soixante-dix médecins, ainsi qu’une résidence pour les patients en convalescence. Tableaux, plantes et fleurs égaient les couloirs, des « coins de conversation » avec fauteuils et table de lecture sont aménagés à chaque étage, et toutes les chambres disposent d’un cabinet de toilette. On est loin du traditionnel hôpital régional russe…

Des logements de fonction décents et des équipements médicaux de pointe ont permis d'attirer des spécialistes de tout le pays.

Aujourd’hui encore, la majorité des Russes n’ont pas accès à une aide médicale de qualité, surtout en dehors des grands centres urbains. En cause, le manque de financement du secteur, les équipements insuffisants et, quoi qu’en disent les autorités, les salaires déplorables du personnel médical. Là encore,

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Andreï PermiakovNijni-Taguil-Ekaterinbourg

Dernières nouvelles de la Russie

Souvenirs rock
du « pays des merveilles »

La chanteuse et productrice américaine Joanna Stingray, figure clef de la scène rock soviétique underground de la fin des années 1980, a fréquenté les artistes les plus emblématiques de la période, de Viktor Tsoï (chanteur du groupe Kino) à Boris Grebenchtchikov (musicien et compositeur de Kino, Aquarium).

17 mai 2019