Sexe à la russe

Depuis deux ans, le nombre de cours d’éducation sexuelle pour adultes augmente en Russie, tandis que les sex shops affichent une croissance stable de leurs ventes (179 millions de dollars en 2018, contre 134 millions en 2016). Le sexe et tout ce qui l’entoure échapperaient-ils aux dogmes rigides de l’Église orthodoxe, dont l’influence ne cesse de grandir ? Entretien avec Elena Rydkina, sexothérapeute et cofondatrice du projet éducatif Sexprosvet.

LCDR : On entend souvent qu’en Union soviétique, « le sexe n’existait pas ». À quel point cette boutade reflète-t-elle la réalité ? Le sexe était-il effectivement tabou à l’époque ?

Elena Rydkina : La réalité était plus nuancée. En URSS, certaines couches de la population, plus évoluées et plus libres, en parlaient plus que d’autres. Mais, de manière générale, ce thème était tabou. Si certains films contenaient parfois des scènes d’amour, les personnages y étaient représentés autrement qu’en Occident : ils apparaissaient dépourvus de toute sensualité, les corps étaient désérotisés. Par ailleurs, en URSS, les pratiques sexuelles étaient beaucoup moins variées.

La situation a commencé à changer à la fin des années 1980. On doit en grande partie cette évolution au sociologue et sexologue Igor Kon, qui a popularisé la sexologie et en a fait une science interdisciplinaire.

Sur les réseaux sociaux, de nombreux internautes se plaignent du manque d’information de qualité, en russe, sur le sexe et la sexualité.

Dans les années 1990, après l’effondrement du pays et de l’idéologie, des supports consacrés au sexe – à visée éducative ou non – sont apparus un peu partout. La demande était colossale ! La société manifestait une curiosité et une ouverture d’esprit étonnantes, notamment à l’égard des minorités sexuelles. On retrouve le phénomène dans la culture populaire et le show business. Souvenons-nous par exemple du groupe t.A.T.u., dont les chansons ont conquis le monde entier au début des années 2000. L’une d’elles évoque l’attirance sexuelle entre deux adolescentes : « Je deviens folle, j’ai besoin d’elle... » Ce genre de paroles et les jeux scéniques qui allaient avec étaient impensables à l’époque soviétique.

Cette révolution s’explique par la brusque ouverture de la société russe à l’Occident après des décennies d’isolement. Elle s’est en outre caractérisée par une absence de sens critique dans sa tentative d’imiter la culture et la sous-culture occidentales.

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Propos recueillis par Anastasia Sedukhina

Dernières nouvelles de la Russie

Partage des données privées : Le FSB donne rendez-vous à Tinder

Ce début du mois de juin est chaud pour l’internet russe. Le 3, l’application de rencontres Tinder a été sommée de mettre à disposition des services de sécurité (FSB) les données personnelles de ses utilisateurs.

 

10 juin 2019

L’oligarchie en héritage

La revue Forbes Russia vient de publier son classement annuel des héritiers les plus riches de Russie. Patrimoine moyen de chacun des quarante-huit enfants issus des vingt familles les plus fortunées du pays : 2,3 milliards de dollars. Le classement 2019 est dominé par Ioussouf Alekperov, fils du président du géant pétrolier Lukoil.

 

10 juin 2019

L’or, un refuge russe

La Russie accroît activement ses réserves d’or. Au premier trimestre 2019, elle était le premier acheteur mondial du métal précieux, selon le World Gold Council. L’expert financier indépendant Anton Chabanov explique les raisons de cette tendance.

 

4 juin 2019