Le grand hiver politique
du Premier mai

En Union soviétique, où, dès les petites classes, le cours d’histoire narrait la lutte immémoriale des travailleurs pour leurs droits, chaque écolier devait connaître par cœur sa leçon sur le Premier mai …

Tout commence le 1er mai 1886. Ce jour-là, le prolétariat de Chicago se met en grève pour réclamer la journée de travail de huit heures ; le 3, l’affrontement entre policiers et manifestants fait quatre morts et de nombreux blessés ; le 4, en marge d’un rassemblement contre les violences policières sur Haymarket Square, une bombe est lancée sur les forces de l’ordre chargées de disperser la foule. À la suite de ces événements, quatre anarchistes sont condamnés à mort, par pendaison, après un procès sommaire. En juillet 1889, à Paris, la Deuxième Internationale fait du Premier mai la Journée internationale des travailleurs.

Pique-niques révolutionnaires

À l'époque, l’idée enthousiasme les socialistes russes qui y voient un moyen de fédérer les ouvriers (encore peu nombreux dans un pays très majoritairement agricole) autour de leur mouvement. Ils profitent des premiers beaux jours de l’année, après six mois d’hiver, pour organiser des pique-niques au cours desquels on parle politique et piquets de grève. On lit et on commente les pages des grands théoriciens européens du socialisme, on entonne des chants interdits… sans oublier de boire et de manger.

Il va sans dire que les autorités goûtent peu ce genre de loisirs. La police place des mouchards dans les usines, procède à des battues dans les bois où les militants se retrouvent, disperse les « promeneurs » et arrête les agitateurs. Des répressions décrites par Maxime Gorki (1868-1936) dans la Mère. C’est d’ailleurs dans la ville natale de l’écrivain, Nijni-Novgorod (un des grands centres industriels et commerciaux de la Russie de ce temps-là), qu’ont lieu les premiers pique-niques révolutionnaires, en 1895.

À partir de 1918, le Premier mai se militarise et donne l’occasion, chaque année, d’une démonstration de la puissance du premier État socialiste de l’histoire.

Au tournant du XXe siècle, le mouvement ouvrier ne se réduit plus seulement à ces parties de campagne.

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Ivan Davydov

Dernières nouvelles de la Russie

Pouvoir, société, médias :
Ce que révèle l’affaire Golounov

Moscou, début juin 2019. La police arrête le journaliste d'investigation Ivan Golounov pour « trafic de stupéfiants ». Aussitôt, le média en ligne pour lequel il travaille, Meduza (basé en Lettonie), dénonce une détention politique. Tandis que les principaux journaux russes publient Unes et éditoriaux en soutien à leur collègue, les Moscovites font la queue, en masse, devant le quartier général de la police...

 

15 juillet 2019

Affaire Kommersant :
Le retour de la censure ?

Le 20 mai dernier, le journaliste Ivan Safronov et le rédacteur en chef adjoint de la rubrique Politique, Maxim Ivanov, étaient licenciés – officiellement, « à l’amiable » – du célèbre quotidien russe Kommersant.

 

3 juin 2019

Vladimir Poutine :
Le Verbe au pouvoir

Proverbes, expressions imagées, argot… Vladimir Poutine est un orateur hors pair, qui manie parfaitement le russe et sait comment s’adresser aux électeurs. La clef de sa longévité au Kremlin.

 

17 avril 2019