fbpx

Sida, un tabou sans fin

Le 11 mars dernier, le quotidien RBC révélait la liste des régions où le sida fait le plus de morts. En tête du classement, on retrouve celles de Kemerovo, d’Irkoutsk et d’Ekaterinbourg, où la mortalité due au virus, en augmentation de 10 % chaque année, fait plus de victimes que les accidents de la route, les suicides et les meurtres réunis.

« Les chiffres officiels font état de 950 000 personnes atteintes du VIH en Russie, mais elles sont en réalité environ 1,3 million, affirme Vadim Pokrovski, directeur du Centre fédéral scientifique et méthodologique de prévention et de contrôle du sida. Selon nos calculs, le nombre de malades double tous les cinq ans. Dans dix ans, il y aura au moins 5 millions de séropositifs dans le pays. »

Une épidémie en progression

Les données nationales les plus récentes font état de 20 000 décès dus au sida en 2017, soit 1 500 de plus qu’en 2016. En 2018, dans la région d’Irkoutsk (Sibérie orientale), une nouvelle personne était infectée toutes les deux heures et demie, malgré une diminution de l’incidence du virus dans la région.

En 2017, dix-huit régions russes avaient connu des pénuries de médicaments,

[…]

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Léa Giffard

Dernières nouvelles de la Russie

Culture

« Une magie et une force inexplicables… »

La première mondiale de DAU, l’expérience cinématographique interactive du réalisateur russe Ilia Khrjanovski, se déroule à Paris dans trois sites (aux théâtres de la Ville et du Châtelet et au Centre Pompidou) du 25 janvier au 17 février. À Moscou, la critique n’est pas unanime.Pour la sortie de son film, le réalisateur de 43 ans avait choisi Berlin, Paris et Londres – il n’a pas soumis de demande d’exploitation en Russie. Dans la capitale allemande, Ilia Khrjanovski avait imaginé projeter son œuvre sur une réplique du Mur bâtie spécialement pour l’occasion. Les autorités ont fermement refusé, et DAU n’a pas été montré au public berlinois.À Paris, la première devait se tenir le 24 janvier. Elle a été reportée de vingt-quatre heures pour « raisons techniques », selon un communiqué de la société de production Phenomen Films. Le même jour, le principal mécène du film, Sergueï Adoniev, richissime homme d’affaires russe (147e fortune de Russie selon Forbes), était privé de son passeport bulgare, acquis en 2008. Sofia justifie sa décision par la récente découverte du casier judiciaire du fondateur de Yota, le numéro 1 de la 4G en Russie : le millionnaire a été condamné à trente mois de prison aux États-Unis pour escroquerie en 1998. À quelques jours près, M. Adoniev était bulgare à vie : selon la législation en vigueur à Sofia, une naturalisation est incontestable dix ans après son acquisition…Un grand méli-méloIlia Khrjanovski s’est inspiré de la vie du physicien soviétique Lev Landau (1908-1968), […]Partager :Cliquez pour envoyer par e-mail à un ami(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Facebook(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Twitter(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur LinkedIn(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur WhatsApp(ouvre dans une nouvelle fenêtre)

15 février 2019

Vous êtes actuellement hors ligne