Louer une voiture, garder le volant

L’autopartage se développe à Moscou, comme dans toutes les grandes villes du continent. Un des leaders du secteur, Belkacar, déplore un phénomène lui aussi en expansion : les vols de pièces détachées.

« Je m’installe sur le siège du conducteur, j’attache ma ceinture et là… pas de volant ! » Sergueï, Moscovite de 32 ans, retient un fou rire en racontant sa mésaventure. Les vols sont en effet nombreux dans les voitures en libre service de la capitale russe. En 2018, Belkacar, troisième entreprise du marché derrière Delimobil et Yandex.Drive, a ainsi déploré la disparition de 18 000 litres de liquide lave-vitres et de 2 000 balais à neige. Sans compter les roues, les tapis de sol et les autoradios. Outre ces accessoires accessibles, faciles à emporter et aisément remplaçables, les vols concernent des éléments indispensables et plus volumineux : des batteries (146 vols déclarés par Belkacar l’année dernière), des sièges passagers (14) et une banquette arrière !

Un phénomène marginal

« Certains tentent même de voler les voitures afin de les revendre à l’étranger, ajoute Alexeï Skorik, du service de presse de Belkacar, interrogé par le journal Metro. Un jour,

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Julien Braun

Dernières nouvelles de la Russie

Téléphonie mobile :
L’appel du haut-de-gamme

La concurrence que se livrent les fabricants est rude : les Russes achètent des téléphones mobiles toujours plus onéreux. Certains n’hésitent pas à s’endetter pour s’offrir un appareil à 1 000 euros...

 

11 juin 2019

Reconstruction de Notre-Dame : Moscou propose son aide

Dans la nuit du 15 au 16 avril 2019, un incendie a ravagé une grande partie de la cathédrale Notre-Dame de Paris. L’incident a profondément touché les Russes.

16 avril 2019

Affaire Baring Vostok :
le mauvais signal

Vendredi 15 février 2019, un des plus anciens investisseurs étrangers, Michael Calvey, présent en Russie depuis 1994, a été arrêté pour escroquerie avec plusieurs associés, dont le Français Philippe Delpal. L’enquête, menée par le Service fédéral de sécurité (FSB), inquiète au plus haut point les milieux d’affaires.

 

19 février 2019